Lille: La friche Saint-Sauveur va-t-elle se transformer en ZAD?

URBANISME Les opposants au projet Saint-Sauveur attendent désormais les suites de la seconde enquête publique

Mikaël Libert

— 

Le collectif Fête la friche a installé une cabane sur le site de la future piscine.
Le collectif Fête la friche a installé une cabane sur le site de la future piscine. — M.Libert / 20 Minutes
  • La seconde enquête publique sur l’aménagement de la friche Saint-Sauveur est terminée.
  • Malgré les nouvelles données, les opposants au projet n'ont pas changé d'avis.
  • La future piscine olympique cristallise les désaccords.

Vendredi soir, se terminait la consultation des Lillois dans le cadre de l’enquête publique complémentaire sur le projet d’aménagement de la friche Saint-Sauveur. C’est désormais au commissaire enquêteur de travailler sur les 400 pages de données fournies par la Métropole européenne de Lille (MEL), les nombreuses contributions des citoyens, associations et partis politiques. A la fin, on saura si les réserves retenues par la justice administrative pour mettre le projet en pause seront levées.

Protéger avant de défendre

En octobre dernier, un collectif d’associations d’opposants à l’aménagement de la friche Saint-Sauveur avait remporté une victoire en obtenant la suspension du projet devant le tribunal administratif de Lille. Cette décision « inespérée » avait débouché sur une nouvelle enquête publique qui devait, notamment, lever des réserves sur l’impact du projet sur la qualité de l’air. En attendant, l’association Fête la friche a installé une construction en bois sur la partie du site devant accueillir la future piscine olympique : « Il s’agit d’informer les gens que c’est une ZAP, une zone à protéger, et pas encore une ZAD, une zone à défendre », explique Camille de Fête la friche.

Cette seconde enquête publique est effectivement loin d’avoir convaincu les opposants, quels qu’ils soient. « Les nouveaux relevés de la qualité de l’air ne prennent pas en compte les particules PM 10 et PM 2,5. La MEL estime que la moyenne des 30 points de relevés ne dépasse pas les normes. Mais on voit bien que les 5 points autour de la Porte-de-Valenciennes sont au dessus », a assuré le collectif d’associations. D’ailleurs, en l’état ou modifié, le collectif ne veut pas de ce projet : « C’est d’un poumon vert dont la ville a besoin et pas d’une piscine olympique », martèlent les associations.

La MEL doit revoir très largement sa copie

De leur côté, les opposants politiques au projet, « Lille C » (LREM) et EELV, demandent une copie largement revue. Ils se retrouvent sur la nécessité d’un parc beaucoup plus grand. « Lille C » se contenterait d’un « central park » occupant 50 % de la friche et d’une piscine « ramenée au raisonnable ». Les écologistes, eux, souhaitent la création d’un « espace de nature d’intérêt métropolitain » à la place de la piscine.

La «ZAP» de Saint-Sauveur, à Lille.
La «ZAP» de Saint-Sauveur, à Lille. - M.Libert / 20 Minutes

Pour la suite, le collectif d’associations se veut « modérément optimiste » sur la décision du commissaire enquêteur. « On attend maintenant le jugement sur le fond », déclarent les associations. Elles se réservent aussi d’autres leviers juridiques avant d’aller s’enchaîner aux arbres du belvédère.