Un sénateur PCF du Nord se propose pour présider le futur Observatoire de la fraude fiscale

ECONOMIE Après avoir lu que Gérald Darmanin peinait à recruter un président pour créer l’Observatoire de la fraude fiscale, un sénateur communiste du Nord se porte volontaire

Gilles Durand

— 

Manifestation pour dénoncer la fraude fiscale (illustration).
Manifestation pour dénoncer la fraude fiscale (illustration). — Sevgi / SIPA

La création de l’Observatoire de la fraude fiscale se fait attendre. Le sénateur communiste Eric Bocquet se propose d’en prendre la présidence. Dans un article dans Les Echos, paru lundi, le ministre des Comptes et de l’Action publique, Gérald Darmanin, explique qu’il éprouve des difficultés pour mettre en place cet observatoire, dont la création a pourtant été annoncée en septembre 2018.

Parmi les arguments avancés par le ministre, ce dernier évoque l’impossibilité de trouver une personne pour assurer la présidence de cette nouvelle instance. Le sénateur du Nord, Eric Bocquet, a donc envoyé, mardi, sa candidature, « à titre bénévole », auprès du ministère.

En 2012, Eric Bocquet avait mené une commission d'enquête sénatoriale sur l’évasion des capitaux, suggérant la création d’un Haut-commissariat pour mettre en place une « politique de lutte efficace » contre l’évasion fiscale. En 2017, avec son frère Alain Bocquet, député (PCF), il avait publié un livre Sans domicile fisc, expliquant comment la finance avait mis la main sur le monde.

Une estimation entre 80 et 100 milliards d’euros

L’Observatoire, promis par le gouvernement, doit normalement être composé d’économistes, de fonctionnaires, de politiques et de représentants d’ONG. Il s’agit d’évaluer le montant annuel de la fraude fiscale.

Gérald Darmanin se refuse à cautionner le calcul effectué par le syndicat Solidaires Finances Publiques qui l’estime, sur une extrapolation des contrôles fiscaux, entre 80 et 100 milliards d'euros.

Lors d’une audition au Sénat, le ministre avait avoué « que toutes les personnes à qui il avait proposé la présidence avaient refusé ». Il a désormais un volontaire.