Lille: Une syndicaliste accusée de diffamation pour avoir évoqué «un chancelier allemand en 1933»

JUSTICE Une syndicaliste Sud doit comparaître, ce mardi, devant le tribunal correctionnel de Lille pour diffamation envers un fonctionnaire du Département, par ailleurs élu au conseil municipal de Lille

Gilles Durand

— 

Les relations entre la présidence du conseil départemental du Nord et le syndicat Sud sont conflictuelles.
Les relations entre la présidence du conseil départemental du Nord et le syndicat Sud sont conflictuelles. — G. Durand / 20 Minutes
  • Une syndicaliste de SUD se retrouve devant me tribunal correctionnel de Lille, soupçonnée de diffamation.
  • Elle avait évoqué, lors d’une réunion en juin 2016, « un chancelier allemand en 1933 » pour dénoncer les propos d’un élu LR.
  • Cet élu avait comparé les syndicats à des « factions violentes » qui veulent que l’Etat laisse sa place à « une dictature prolétarienne ».

L’évocation d’un « chancelier allemand en 1933 » ne passe pas. Une déléguée du syndicat Sud s'est retrouvé, mardi, devant le tribunal correctionnel de Lille, accusée de diffamation par le directeur adjoint de cabinet du président du Département du Nord, David Hugoo, par ailleurs élu (LR) à la ville de Lille.

En juin 2016, la syndicaliste, mise en examen, avait lu une déclaration lors d’un comité technique du conseil départemental, dans laquelle elle dénonçait les propos de David Hugoo, tenus précédemment lors d’un conseil municipal à Lille, le 17 juin. Le texte comparait l’argumentaire de l’élu avec celui d'« un chancelier allemand, qui, en 1933, avait supprimé les syndicats ».

Double mise en examen

La déclaration s’est retrouvée sur le site intranet du conseil départemental. Ce qui vaut, par ailleurs, à la directrice de cabinet du président du Nord, responsable de la publication, d’être également mise en examen.

« Cette intervention n’était qu’une réaction de défense proportionnée à des propos nauséabonds qui dénigraient le syndicalisme », estime le syndicat Sud. L’élu municipal avait notamment comparé les syndicats à des « factions violentes » qui veulent que l’Etat laisse sa place à « une dictature prolétarienne ».

Lors du conseil municipal, le 1er adjoint (PS) à la maire de Lille, feu Pierre de Saintignon, avait également condamné la déclaration de l’élu d’opposition, la jugeant « parfaitement scandaleuse ». Contacté par 20 Minutes, David Hugoo n’a pas donné suite.

L'audience devait se tenir initialement le 5 mars. Elle avait été reportée pour cause d'engorgement du tribunal. La décision du tribunal a été mise en délibéré au 2 juillet.