Ligue 1: Le Losc éponge sa dette en augmentant son capital de 142 millions

FOOTBALL Le club de Lille a procédé, mardi, à une grosse augmentation de capital par le biais de son propriétaire et d’un fonds d’investissement américain

G.D. avec AFP

— 

Gerard Lopez, patron du Losc.
Gerard Lopez, patron du Losc. — F. Fife / AFP

Résorbée, la dette ? Le club de Lille a procédé, mardi, à une grosse augmentation de capital de 142 millions d’euros, a indiqué, dimanche, à l’AFP, une source proche du dossier.

« Le capital a été augmenté par le biais d’un abandon complet de la dette du club. Le propriétaire, Gerard Lopez, a apporté 25 millions d’euros, tandis que le fonds d’investissement américain Elliott a amené 117 millions d’euros », a expliqué cette source.

« C’est un geste fort »

« La principale conséquence est que le club n’a plus de dettes, ni envers Gerard Lopez, ni envers Elliott. C’est désormais uniquement le président nordiste qui doit de l’argent au fonds d’investissement », a précisé cette source.

Contacté par l’AFP, Gérard Lopez a confirmé cette information : « c’est un geste fort qui montre que nous croyons dans le projet ». Et donc dans la capacité, à terme, de dégager des bénéfices pour pouvoir rembourser ses emprunts.

Pas un apport d’argent frais

« En clair, cette augmentation de capital n’est pas un apport d’argent frais, mais un abandon de créances, précise France 3. Cette annonce répond à une exigence posée depuis décembre 2017 par la Direction Nationale de Contrôle de Gestion (DNCG). Jusqu’à présent, les dettes du Losc étaient supérieures à son actif, c’est-à-dire à la valeur de tout ce que le club possédait comme richesse. »

La superbe saison réalisée jusqu’à maintenant par le Losc, surprenant dauphin du Paris SG et qui peut rêver d’une qualification pour la lucrative Ligue des champions l’an prochain, n’est probablement pas étrangère à cette augmentation de capital.

Retoqué plusieurs fois par la DNCG

La saison dernière, les Dogues avaient conservé in extremis leur place dans l'élite à l’issue d’un championnat cauchemardesque terminé à la 17e place.

Le club lillois, racheté par Gerard Lopez à Michel Seydoux en janvier 2017, a été retoqué plusieurs fois par la DNCG depuis, à cause de ses dettes. Le Losc avait ainsi été interdit de recrutement en janvier 2018 et sa masse salariale est toujours encadrée par le gendarme financier du foot français.