Lille : Le réalisateur du film «Demain» dénonce l’utilisation de son image pour la promotion d’un projet immobilier

URBANISME La ville de Lille contrainte de retirer l'affiche d’une enquête publique pour avoir utilisé l’image du documentaire, Demain, sans demander d’autorisation

Gilles Durand
— 
L'affichage de l'entretien tiré du livre «Demain», de Cyril Dion.
L'affichage de l'entretien tiré du livre «Demain», de Cyril Dion. — V.B.
  • Une enquête publique complémentaire a été ouverte, vendredi, concernant le projet de quartier Saint-Sauveur, à Lille.
  • Une affiche de l’enquête publique présentait un entretien entre le réalisateur du documentaire Demain et l’architecte Jan Gehl, qui a travaillé sur l’aménagement du projet Saint-Sauveur.
  • Le cinéaste Cyril Dion n’avait pas donné son accord pour voir son nom associé au projet immobilier.

Un nouveau couac pour le projet du quartier Saint-Sauveur, à Lille. Un des panneaux d’affichage installé sur le site pour présenter ce projet immobilier a dû être retiré en urgence. Le promoteur SPL Euralille n’avait pas demandé au réalisateur du documentaire Demain, Cyril Dion, l’autorisation d’utiliser son image pour promouvoir le projet.

Un extrait d’entretien

Depuis le 22 février, une enquête publique complémentaire est ouverte concernant le futur quartier Saint-Sauveur de Lille. Cette enquête publique est illustrée de plusieurs panneaux d’affichage. Sur l’un d’eux, on pouvait lire un extrait d’entretien entre Cyril Dion, connu pour ses positions écologistes, et l’architecte danois Jan Gehl, qui a œuvré sur l'aménagement du futur quartier Saint-Sauveur.

L’affiche du film Demain, qui exposait, en 2015, des solutions alternatives pour l’avenir de nos sociétés, était également reproduite sur l’affiche. « Ça laisse comprendre sans ambiguïté aux lecteurs que Cyril Dion soutiendrait ce projet. On peut même penser que ses propos s’appliqueraient particulièrement au projet », dénonce l’association Parc, opposée à la construction du quartier, dans un communiqué.

« Une maladresse »

Prévenu par l’asso, le militant écologiste n’a pas tardé à afficher son désaccord sur Twitter. « Une expo a été montée à Lille pour promouvoir un projet immobilier reprenant une intw entière du livre Demain et des visuels du film sans demander d’autorisation à @ActesSud, à la production ou à moi. L’idée est a priori d’utiliser notre image version Open Bar. Donc c’est non », écrit-il.

La SPL Euralille a donc fait enlever cette affiche, mercredi. Interrogé par La Voix du Nord, le directeur général, Fabrice Veyron-Churlet, a évoqué une « maladresse », avouant ne pas avoir demandé d’autorisation de reproduction. « Il nous a semblé opportun, afin d’identifier Jan Gehl, penseur de la ville contemporaine, de mettre cette interview tirée du livre », explique-t-il au quotidien régional.

Violation du droit de l’image et du droit d’auteur

« On est face à une violation du droit de l’image et du droit d’auteur, mais aussi face à une violation de la législation qui oblige les instances à informer avec sincérité le public », rétorque l’association Parc.

Contactée, l’assistante de Cyril Dion, assure que l’affaire en restera là. Egalement Contactées pour savoir si des poursuites judiciaires étaient envisageables, les éditions Actes Sud, qui avaient publié le livre de Cyril Dion dont est tiré l’entretien, n’ont pas donné suite.

En octobre 2018, le tribunal administratif avait suspendu ce projet pour défaut d’informations au public.