Ascoval: La justice accorde un délai d'un mois pour trouver un repreneur

ECONOMIE Le prochain rendez-vous avec la justice a été fixé au 27 mars

20 Minutes avec AFP

— 

L'aciérie Ascoval, à Saint-Saulve, dans le Nord.
L'aciérie Ascoval, à Saint-Saulve, dans le Nord. — F.Lo Presti/AFP

Mercredi, la chambre commerciale du tribunal de grande instance de Strasbourg a accordé un nouveau délai d'un mois à l’aciérie Ascoval de Saint-Saulve (Nord) pour la recherche d’un repreneur, a annoncé maître Guilhem Brémond, avocat de l’entreprise.

Le tribunal a par ailleurs « officiellement annulé » le projet de reprise par Altifort, le groupe franco-belge qui s’est montré incapable de réunir les fonds nécessaires à cette reprise, a-t-il précisé à l’issue de l’audience.

« La continuation du redressement judiciaire »

Cela signifie « la continuation du redressement judiciaire qui n’avait pas cessé […] dans une logique de recherche de repreneur », a poursuivi maître Brémond. « On sait tous qu’il y a des pistes, on sait tous que c’est difficile », a ajouté l’avocat.

La prochaine audience se tiendra le 27 mars. Pour l’avocat, ce délai permettrait « à la fois de valider qu’il y a des marques d’intérêt sérieuses, et il y en a, sans aller trop loin car les salariés sont fatigués ».

Mardi, le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, avait demandé à Altifort de « se retirer de toute possibilité de reprise d’Ascoval ». En effet, jeudi dernier, le groupe franco-belge avait reconnu qu’il n'était pas en mesure de rassembler les 35 millions d’euros nécessaires pour que la reprise de l’aciérie aboutisse. Ascoval emploi aujourd’hui 281 salariés.