Pas-de-Calais: Ecologistes et habitants d’un village se mobilisent contre un projet de poulailler de 40.000 volailles

SOCIETE Si le projet est validé, 40.000 volailles seront élevées dans un hangar de 2.000 m2 soit l’équivalent de la surface d’une feuille A3 pour chaque poulet

Francois Launay
— 
Un poulailler industriel (illustration)
Un poulailler industriel (illustration) — MARCUS POSTHUMUS / AFP
  • Un couple d’agriculteurs veut construire un poulailler industriel pour élever 40.000 volailles sur la commune d’Offekerque.
  • Ecologistes et habitants de la commune sont vent debout contre ce projet qu’ils jugent dangereux pour les animaux et les riverains.
  • La mobilisation est lancée avant la fin de l’enquête publique prévue le 12 mars.

La tension monte à Offekerque. Depuis le week-end dernier, cette commune du Pas-de-Calais à 20 km à l’est de Calais a vu fleurir à l’entrée du village des banderoles « Non aux 39.900 volailles ». Un message pour protester contre le projet de poulailler industriel de 2.000 m2 qui pourrait bientôt voir le jour et donc accueillir 39.900 poulets.

Une enquête publique sur le projet est en cours et s’achèvera le 12 mars prochain. Charge ensuite à la préfecture du Pas-de-Calais de rendre un verdict positif ou négatif en fonction du rapport des experts. Même s’il n’est pas encore construit, ce projet, porté par un couple d’agriculteurs – contactés par 20 Minutes, ils ont refusé de s’exprimer publiquement –, a provoqué la colère des écologistes.

Des risques sanitaires pour les nappes phréatiques

« On est dans le développement d’une agriculture qui s’oriente vers des immenses poulaillers. C’est pareil pour le porc et les bovins. La concentration de 40.000 poulets dans un poulailler, c’est énorme. Les animaux sont serrés comme des patates et marchent dans leurs fientes toute la journée. Tout ça prend des proportions inquiétantes car il n’y a pas de respect pour l’animal. Les conditions sanitaires ont très peu de chances d’être respectées. Et puis, ça participe aussi à la malbouffe et fait de la concurrence aux agricultures paysannes », déplore Hélène Hardy, secrétaire régionale d’Europe-Ecologie Les Verts (EELV) Nord Pas-de-Calais.

A ces problèmes éthiques, les écolos insistent aussi sur les risques sanitaires pour les riverains. « Les animaux sont bourrés d’antibiotiques pour éviter la propagation des maladies. A la longue, tout ça se retrouve, à travers les épandages, dans les nappes phréatiques », poursuit la responsable EELV qui pointe aussi du doigt les fortes nuisances olfactives pour les riverains (1.160 habitants).

Devant ce tableau négatif, des habitants d’Offekerque ont décidé de se mobiliser. Une pétition contre ce projet de poulailler a été mise en ligne​ et a déjà recueilli plus de 20.000 signatures. Le début d’une mobilisation qu’écologistes et habitants d’Offekerque espèrent voir couronnées de succès. Début de réponse dans les prochaines semaines.