Hauts-de-France: L'association qui vous aide à retrouver des proches disparus

SOCIETE L’association Assistance et recherche de personnes disparues a ouvert une antenne dans les Hauts-de-France

Mikaël Libert

— 

L'A.R.P.D. aide les familles de personnes disparues (illustration).
L'A.R.P.D. aide les familles de personnes disparues (illustration). — S.Ortola/20 Minutes
  • L’ARPD, association de recherche de personnes disparues, ouvre une antenne à Lille.
  • Environ 40.000 personnes disparaissent chaque année en France.
  • L’ouverture d’une enquête officielle n’est pas systématique pour une personne majeure.

Chaque année, des dizaines de milliers de personnes disparaissent en France. Et la région des Hauts-de-France n’est pas épargnée, il suffit de s’arrêter sur le nombre d’appels à témoins relayés par 20 Minutes. Si les forces de l’ordre se saisissent des disparitions qualifiées « d’inquiétantes », les autres ne font l’objet d’aucune investigation. C’est dans ce cas qu’intervient l’association ARPD dont une antenne vient d’ouvrir à Lille.

Le droit de disparaître

Il est impossible de savoir avec précision combien de personnes disparaissent chaque année dans l’hexagone. La dernière estimation du ministère de l’Intérieur avance le chiffre de 40.000. La principale raison est que les forces de l’ordre ne peuvent ouvrir une enquête pour disparition inquiétante qu’en fonction de certains critères : personnes sous tutelle, dépressives, mineures, dépendantes… Dans le cas d’une personne majeure, s’il n’est pas démontré qu’elle est en danger imminent, « une enquête officielle sera impossible ».

Avant, il existait le RIF, la recherche dans l’intérêt des familles. Mais cette procédure n’existe plus. Dès lors, les familles n’ont aucun recours officiel à l’exception d’une demande auprès de la mairie du domicile du disparu pour savoir s’il est encore en vie. « Nous pouvons intervenir à ce moment et mettre en œuvre des recherches avec nos moyens », explique Marc Barron, président de l’ARPD Hauts-de-France. Les bénévoles de l’association n’ont pas accès aux fichiers des forces de l’ordre, mais leur force est ailleurs : « Il y a une centaine de bénévoles qui forment un maillage de tout le territoire. Nous pouvons aussi faire des enquêtes de voisinage, des battues, des recherches sur les réseaux sociaux », poursuit le président.

Accompagnement des familles

L’ARPD peut intervenir même sur des dossiers suivis par les forces de l’ordre. « Dans ce cas, il s’agit d’accompagnement et d’assistance des familles. Nous aidons aussi à constituer les dossiers pour lancer des recherches », assure Marc Barron.

L’association n’agit cependant pas comme une agence d’enquête privée. « Si nous parvenons à localiser une personne majeure disparue, nous allons l’informer que ses proches sont à sa recherche. Si celle-ci ne désire pas renouer le contact, nous ne pouvons pas légalement aller contre sa volonté », insiste le bénévole. Pour éviter que des familles restent des années dans le doute, l’ARPD milite pour la création d’un « fichier des personnes qui ont décidé de disparaître ».