Oise: Il vendait des contrefaçons de maillots de foot trois fois le prix d'achat

FAITS DIVERS Sur le Bon Coin, un habitant de l’Oise avait monté un petit business très lucratif

Mikael Libert

— 

Les objets de contrefaçon saisis par les gendarmes.
Les objets de contrefaçon saisis par les gendarmes. — Gendarmerie nationale

Sur le Bon coin, on trouve tout et n’importe quoi. Des choses légales, d’autres limites et d’autres encore carrément illégales. C’est dans cette dernière catégorie que jouait un habitant de Ribecourt-Dreslincourt, une commune de l’Oise située près de Compiègne. Il avait monté un business de revente de maillots de foot de contrefaçon aujourd’hui démantelé par la gendarmerie.

Le célèbre site de petites annonces est constamment scruté par les forces de l’ordre. Mais cette fois, c’est un peu par hasard que les militaires ont découvert les activités illicites de cet homme. C’est en effectuant des recherches dans le cadre d’autres enquêtes que les gendarmes ont remarqué de nombreuses annonces pour des maillots de football postées par la même personne.

Un bénéfice de 22 euros par maillot

En s’intéressant de plus près à leur suspect, les enquêteurs ont pu déterminer que depuis le mois de mai 2018, il revendait au prix de 35 euros des maillots neufs vendus habituellement 85 euros. Les militaires ont aussi pu prouver que cette même personne s’approvisionnait en produits de contrefaçon sur un site internet en Chine au prix de 13 euros l’unité. Soit une belle culbute de 22 euros de bénéfice par maillot.

Forts de tous ces éléments, les enquêteurs ont procédé à une perquisition au domicile du mis en cause. Ils y ont retrouvé plusieurs maillots, divers objets de contrefaçon et une somme de 60 euros en liquide. Selon les gendarmes, l’homme a acheté environ 180 maillots sur le site chinois pour un chiffre d’affaires de 6.300 euros et un bénéfice net de près de 4.000 euros. L’habitant de Ribecourt-Dreslincourt a été condamné par le tribunal correctionnel de Compiègne à trois mois de prison avec sursis et 1.200 euros d’amende. L’argent retrouvé à son domicile a été saisi par la justice.