VIDEO. Lille : On a vu plein de fromages (sans en goûter un seul) au concours du meilleur ouvrier-fromager de France

GASTRONOMIE Le concours s’est déroulé le 18 février et a sacré deux fromagers : Christelle Lohro (Strasbourg) et Vincent Vergne (Nîmes)

Francois Launay

— 

Les candidats ont rivalisé d'imagination pour s'imposer.
Les candidats ont rivalisé d'imagination pour s'imposer. — F.Launay/20 Minutes
  • Le concours du meilleur ouvrier de France catégorie fromager a eu lieu pour la première fois à Lille.
  • Dix candidats se sont affrontés en finale via un grand oral et un thème imposé pour réaliser une œuvre magistrale.
  • Deux candidats ont décroché le célèbre titre qui leur permettra d’arborer désormais un col bleu, blanc, rouge.

Des effluves de fromage s’échappent des locaux d’Eurartisanat et montent au nez de tous les visiteurs venus admirer les plus belles œuvres fromagères de France. Mais ici pas question de goûter quoi que ce soit. Car on vient surtout découvrir le travail du gratin du fromage français, qui a fait le déplacement lundi 18 février à Lille.

Venus de toute la France, dix candidats se sont affrontés pour décrocher le titre prestigieux de meilleur ouvrier de France dans la catégorie fromager. Pour les départager, le jury composé de professionnels leur avait demandé depuis deux mois de plancher sur le thème « Formes et couleurs ».

De multiples épreuves pour décrocher le Graal

Venus avec des fromages dans leurs valises, les candidats ont eu trois heures pour imaginer et dresser des tables répondant au thème. « J’ai essayé de décliner ça en quatre tables avec une histoire. C’est vraiment le concours qui permet de savoir ce qu’on vaut vraiment dans la profession. C’est très stressant », reconnaît le fromager Vincent Philippe, l’un des candidats, venu de Rennes.

Du fromage à tous les niveaux
Du fromage à tous les niveaux - F.Launay/20 Minutes

Pour arriver en finale, les heureux élus ont d’abord été départagés en octobre avec des épreuves mêlant QCM ou épreuve de dégustation. Pour la finale, outre l’œuvre magistrale, les candidats ont également dû passer un grand oral de vingt minutes. Car pour devenir meilleur ouvrier de France avec le prestigieux col bleu, blanc, rouge, il faut être complet.

Une reconnaissance du milieu et un vrai plus en termes de notoriété

« On attend du meilleur ouvrier de France un travail parfait. Et une réponse à des épreuves qui soient au maximum de l’attente qu’on peut en avoir. Il y a des épreuves très différentes. C’est très sélectif. Ce titre apporte une grande satisfaction personnelle », explique le fromager Michel Fouchereau, président du concours et meilleur ouvrier de France en 2004.

Le paradis des amateurs de fromage
Le paradis des amateurs de fromage - F.Launay/20 Minutes

Et au-delà de la reconnaissance personnelle et de celle du milieu, le liseré bleu, blanc, rouge est aussi un vrai passeport pour la notoriété. « Ça permet d’accroître votre chiffre d’affaires car vous allez travailler avec des restaurants, des grossistes. C’est une vraie carte de visite qui récompense le mérite, car c’est une épreuve qui demande vraiment beaucoup d’investissement », assure Claude Maret, président des Fromagers de France.

Une carte de visite que vont pouvoir désormais sortir Christelle Lohro (Strasbourg) et Vincent Vergne (Nîmes), sacrés lundi à Lille du titre de meilleur ouvrier de France.