Lille: Le nouveau projet du quartier Saint-Sauveur sera-t-il accepté?

URBANISME La ville de Lille relance une enquête publique pour valider son projet de quartier Saint-Sauveur qui avait été retoqué par le tribunal administratif

Gilles Durand

— 

La friche saint-Sauveur, à Lille, en août 2018.
La friche saint-Sauveur, à Lille, en août 2018. — G. Durand / 20 Minutes
  • Une nouvelle enquête publique va s’ouvrir pour présenter les études complémentaires concernant le projet de quartier Saint-Sauveur.
  • En octobre, le tribunal administratif de Lille avait suspendu ce projet, faute, notamment d’une étude d’impact suffisante concernant la pollution.
  • Cette enquête publique présente aussi le projet de piscine olympique.

« Informer et rassurer les Lillois ». C’était le leitmotiv de la mairie de Lille, qui, vendredi, a présenté, à nouveau, le projet Saint-Sauveur qui doit voir le jour à Lille, sur une friche industrielle. Une nouvelle enquête publique est ouverte à partir de vendredi, pour une durée de deux semaines, jusqu’au 8 mars*. La première avait été retoquée par le tribunal administratif (TA), en octobre.

Le projet Saint-Sauveur est-il mieux ficelé ? Lors de la première enquête publique, le commissaire enquêteur avait émis une réserve, demandant « des études complémentaires quant à l’incidence du projet sur la qualité de l’air ». Demande restée sans suite, ce qui avait provoqué une suspension du projet par le TA. La mairie annonce avoir fait, cette fois, une étude complémentaire dans un scénario le plus défavorable possible. « En imaginant que les nouveaux habitants soient accros à leur voiture, aucune valeur limite, fixée par la réglementation, n’est dépassée », assure Stanislas Dendiével, conseiller municipal chargé du dossier.

Le problème de la pollution de l’air réglé ? La ville de Lille est fortement touchée par la pollution atmosphérique. L’an dernier, la pollution aux particules très fines (PM 2,5), par exemple, a sévi un jour sur six. Or, cette pollution, qui est pourtant la plus dangereuse, n’est pas soumise à réglementation. « Ce problème concerne la totalité de la région des Hauts-de-France, argue Stanislas Dendiével. Cela signifie qu’on ne pourrait plus construire nulle part. »

La piscine olympique, une nécessité ? Ce projet n’était pas présenté dans la première enquête publique. Ce complexe aquatique, qui doit remplacer la piscine Marx-Dormoy, comprendra cinq bassins dont un olympique et un extérieur, ainsi qu’une fosse de plongée. « Elle devrait consommer en énergie 28 % de moins par m2 de bassin que Marx-Dormoy », souligne l’élu lillois. Sauf que la surface sera plus importante et consommera donc davantage globalement. Autre problème toujours lié à la pollution, cette piscine, comme le nouveau gymnase, va attirer du public. Or, la ville n’a pas révélé le nombre de places de parking construites pour ces deux structures.

* Permanence du commissaire-enquêteur, vendredi 22 février, de 14 h à 17 h, et mercredi 27 février, de 9h à 12h, à la mairie de Lille, et vendredi 8 mars, de 9h à 12h, à la métropole de Lille.