Nord: Un ancien footballeur se reconvertit en vendeur de céréales

RECONVERSION Steve Dompe vient d’ouvrir un bar à céréales à Croix, près de Lille. A mille lieues des pelouses des stades de foot

Mikael Libert

— 

Un exemple de ce que l'on peut trouver chez Steve.
Un exemple de ce que l'on peut trouver chez Steve. — Candy Breakfast
  • Parisien et ancien joueur de foot, Steve Dompe a ouvert une boutique à Croix.
  • Il s’agit d’un bar à céréales, concept encore méconnu en France.
  • Il ambitionne de proposer les 60 variétés de céréales disponibles aux Etats-Unis.

Kacou-Steve Dompe, c’est un nom qui ne dira probablement rien au grand public. En revanche, les assidus du football amateur se souviendront peut-être de lui. Formé au Paris FC, il a finalement renoncé au ballon rond avant de poser ses valises à Wasquehal, près de Lille. La semaine dernière, il a ouvert «  Candy breakfast », un concept de bar à céréales.

Quand Steve Dompe raconte son parcours, on sent une pointe d’amertume lorsqu’il évoque son passé de joueur de foot : « J’ai joué au Paris FC, à Brétigny, à Evry, à Chambly. J’ai même évolué en CFA à Vitré », se souvient-il. Autour de lui, la plupart de ses amis commençaient à signer des contrats pros. « Je voyais qu’ils avançaient et pas moi. J’ai décidé d’arrêter de perdre mon temps et j’ai laissé tomber », reconnaît Steve.

Il trouve sa voie dans une branche qui n’est pas la sienne

Il s’est ensuite tourné vers l’entrepreneuriat. « J’ai monté un projet d’application pour mettre en relation les personnes qui souhaitent inviter des gens chez eux afin de ne pas regarder le sport seul à la télé. J’ai reçu des prix mais je n’ai pas réussi à trouver de développeur pour lancer l’appli », explique-t-il. Nouvel échec, mais Steve n’a pas baissé les bras pour autant.

En octobre dernier, il a débarqué dans le Nord, à Wasquehal, pour suivre sa copine. « J’avais déjà vu des bars à céréales, à Londres. Je suis aussi allé voir ceux de Paris. Et quand je suis arrivé à Lille, j’ai vu que ça n’existait pas », assure Steve. Et alors qu’il n’avait rien à voir avec la restauration, le jeune homme de 24 ans s’est lancé.

« Les Lucky Charms cartonnent »

Il a installé son « Candy breakfast » à Croix, notamment en raison des loyers trop élevés à Lille. Sa carte compte déjà une vingtaine de références de céréales en tous genres. Des Européennes, certes, mais aussi, et surtout, des marques américaines difficilement trouvables en France. « Les Lucky Charms cartonnent parce que les gens peuvent les voir dans les séries américaines. » Les formules proposées permettent de choisir une garniture, un nappage et différentes sortes de lait pour des prix compris entre 3,50 et 7 euros.

View this post on Instagram

🍡🍡🍡🍡🍡

A post shared by CandyBreakfast Boutique (@candybreakfastboutique) on

Il compte aussi faire la différence grâce à ses pancakes maison, salés ou sucrés, bien à l’américaine : au cheddar ou avec des œufs et de bacon. Steve compte aussi importer des variétés de céréales très appréciées des Yankees mais assez peu répandues en France : des céréales fourrées aux bonbons, au beurre de cacahuète ou encore d’autres, mi-céréale, mi-donut.

« Il y a une soixantaine de variétés différentes aux USA et j’aimerais bien les proposer toutes », espère-t-il. Pour le bio, il faudra passer son chemin. C’est vrai que les Américains ne sont pas réputés pour ça.