Lille: On va rouler encore moins vite sur le périphérique Sud

CIRCULATION La préfecture va expérimenter une baisse de 20 km/h de la vitesse maximale pour, notamment, tâcher de lutter contre la pollution…

Mikael Libert

— 

Sur le périphérique Sud de Lille, la vitesse va passer de 90km/h à 70km/h.
Sur le périphérique Sud de Lille, la vitesse va passer de 90km/h à 70km/h. — M.Libert / 20 Minutes
  • Le périphérique Sud de Lille va passer à une vitesse maximale de 70 km/h.
  • La mesure entre en vigueur à partir de samedi et pour 18 à 24 mois.
  • L’idée est de lutter contre la pollution, le bruit et les accidents de la route.

Qui ne tente rien… A partir de samedi, la vitesse maximale autorisée sur le périphérique Sud de Lille va être abaissée de 20 km/h et ainsi passer à 70 km/h. Une expérimentation décidée par le préfet du Nord, Michel Lalande, pour tenter le limiter la pollution liée à la circulation automobile.

Dans les faits, cette mesure ne concerne que 7 km de périphérique, une partie de celui-ci vers Roubaix étant déjà limitée à 70 km/h. La nouvelle portion part de la fin de l’A25 jusqu’au début de la RN 356. Les panneaux seront installés dans les prochains jours pour une entrée en vigueur de la nouvelle réglementation samedi à minuit. « Nous allons faire preuve de pédagogie dans les premiers jours. Ensuite, nous serons résolument répressifs », a tenu à préciser le préfet.

L’expérimentation, puisqu’il s’agit de ça, devrait durer entre 18 et 24 mois : « Il faut un certain laps de temps pour que l’on puisse se faire une idée de l’efficacité du dispositif, notamment en termes de sécurité routière », assure Xavier Delebarre, Directeur interdépartemental des routes du Nord.

Une volonté politique

Cette mesure découle avant tout d’une volonté politique, la maire de Lille, Martine Aubry, et la Métropole européenne de Lille ayant sollicité en ce sens les services de l’Etat. Pour l’un et l’autre, l’idée était de diminuer la pollution aux particules fines, lutter contre le bruit lié au trafic routier et améliorer la sécurité routière. Pour autant, le préfet rappelle que voitures et camions ne sont pas les seuls responsables de la pollution de l’air. Il pointe du doigt, notamment, les moyens de chauffage des particuliers, les industries et l’agriculture.

« Des villes ont testé cette mesure et certaines en sont revenues. Trois organismes dresseront un bilan de cette expérimentation et nous en tirerons nos conclusions », déclare le préfet, ajoutant que la mise en place des 70 km/h n’avait coûté que 60.000 euros.

Les internautes pas convaincus

Interrogés, les lecteurs de 20 Minutes ne semblent pas convaincus. « Pourquoi ne pas adapter la vitesse en fonction du flux », demande David. Une solution envisagée, mais « techniquement impossible en raison du nombre de sorties sur ce tronçon », assure la direction des routes.

« Beaucoup de gens ne respectaient déjà pas la limitation à 90 », constate Floriane. « Il faudra installer des radars », ajoute Ben. « Faudrait déjà interdire les voitures ayant une vignette au-delà de 3 », avance Valentin. « Transport gratuit pour moins de voitures, ça se serait une vraie solution », estime Paquito.

Et pour certains, dans les faits, ça ne changera rien : « Le periph' est chargé de 7h a 10h et de 15h30 a 18h. A ces heures on roule déjà en dessous de 70 km/h ! », remarque Logan. « Et pourquoi on ne le mettrait pas à 30 km/h tout de suite avec 2 voies réservées aux vélos ? », s’interroge Damien. Visionnaire ?