VIDEO. Lille: Le réseau de transports en commun change de nom et propose moins de bus, de métros et de trams

TRANSPORTS Le nouveau délégataire de transports en commun de la métropole lilloise a prévu de faire 17 millions d'économie par an, en réduisant les trajets...

Gilles Durand

— 

Le 28 janvier, il ne faudra plus dire Transpole, mais Ilévia.
Le 28 janvier, il ne faudra plus dire Transpole, mais Ilévia. — M.Libert / 20 Minutes
  • Les moyens dédiés aux transports en commun de la Métropole de Lille doivent diminuer de 10 %, soit 17 millions par an.
  • Dans le même temps, Transpole décide de changer de nom pour Ilévia.
  • « Ce sont 7,7 % du kilométrage du réseau qui sont supprimés », selon le groupe écologiste à la MEL.

 

Davantage d’attente, des trajets rallongés… Le nouveau plan bus de la Métropole de Lille (MEL) fait grincer quelques dents. Depuis le 28 janvier, le réseau de transport en commun a, en effet, réduit la voilure. Il s’agit de faire des économies, comme le prévoit le nouveau cahier des charges.

« Les moyens dédiés aux transports en commun doivent diminuer de 10 %, soit 17 millions par an, souligne le groupe EELV qui avait refusé de voter cette réduction du service public. Les améliorations comme le transport à la demande ou l’intégration tarifaire du TER à l’intérieur de la MEL, ne compensent pas cette détérioration du réseau ».

Des millions pour changer de nom

La pilule passe d’autant moins bien auprès de certains voyageurs que, dans le même temps, le délégataire, Kéolis, va dépenser au moins deux millions d’euros pour changer le nom des 428 bus du réseau. Transpole est devenu Ilévia. Interrogé par 20 Minutes, le directeur général d’Ilévia, Gilles Fargier, assure ne pas connaître en détail le montant total de l’opération reflocage des rames de tramway, stations ou encore véhicules de service…

« Ce sont 7,7 % de kilométrage de réeseau qui sont supprimés, avec des diminutions de fréquence et avec la disparition de lignes importantes comme la Liane 4 reliant Villeneuve d’Ascq, Hem et Roubaix par exemple », souligne Jérémie Crépel, président du groupe des élus écologistes à la MEL.

Le report du doublement des rames de métro en cause

Lors de la précédente délégation, Transpole avait été déficitaire, notamment à cause du report du doublement des rames de métro de la ligne 1. Après avoir été programmées pour 2016, les rames de 52 m devraient être opérationnelles en 2023. Par ailleurs, la construction de portiques de sécurité, financée par la MEL (65 millions d’euros), devrait logiquement faire grimper le chiffre d’affaires du nouveau transporteur.

« C’est un très mauvais signal envoyé alors qu’on doit inciter les gens à prendre les transports en commun pour réduire la pollution », souligne EELV. En attendant, Ilévia espère atteindre 12 millions de voyages supplémentaires entre 2019 et 2021. La MEL, de son côté, doit voter, en juin, le nouveau schéma directeur des infrastructures de Transports.