Lesquin : Un estaminet mis en redressement culinaire par le chef Etchebest

TÉLÉVISION En situation difficile, le Lion des Flandres a demandé l’aide de Philippe Etchebest et de son émission « Cauchemar en cuisine »…

Mikaël Libert

— 

Le chef Etchebest entouré de Pascal et Marie-Claude, gérants du Lion des Flandres à Lesquin.
Le chef Etchebest entouré de Pascal et Marie-Claude, gérants du Lion des Flandres à Lesquin. — M.Libert / 20 Minutes
  • Le Lion des Flandres, à Lesquin, a participé à « Cauchemar en cuisine ».
  • L’établissement a connu une baisse de fréquentation depuis 2013.
  • Pour la diffusion de l’émission sur M6, il faudra attendre plusieurs mois.

Ils ont retrouvé l’espoir. Gérants du restaurant Le Lion des Flandres, à Lesquin, près de Lille, Pascal et Marie-Claude étaient dans une situation financière désespérée. Avant de mettre la clé sous la porte, ils ont décidé de jouer une dernière carte : appeler le médiatique chef Philippe Etchebest à l’aide. Sélectionné par la production de «Cauchemar en cuisine», le couple a passé une semaine avec le barbu étoilé dans les pattes.

On ne peut guère trouver Le Lion des Flandres par hasard. Coincé dans une petite rue du centre-ville de Lesquin, l’établissement fonctionnait pourtant plutôt bien jusqu’en 2013. « Nous avions une clientèle de camionneurs grâce au CRT, le centre routier, pas loin », assure Pascal, propriétaire du restaurant depuis 35 ans. D’ailleurs, les critiques sur internet étaient plutôt bonnes et les prix raisonnables. Alors où était le problème ?

« L’angoisse des factures »

« Il y a 6 ans, le parking où stationnaient les camions est devenu payant et les routiers ont cessé de se garer là pour la plupart. La fréquentation a chuté d’un coup », déplore Marie-Claude. « Après, on ne faisait que 5 à 30 couverts par jour. On a commencé à baisser les bras et à avoir l’angoisse des factures », ajoute Pascal.

Un jour, ils ont reçu un prospectus les informant que M6 prospectait pour « Cauchemar en cuisine » dans la région : « C’était un signe, depuis le temps que je voulais appeler », se souvient Marie-Claude. C’est elle qui a réussi à convaincre son homme, plutôt réticent au début.

« On nous a contactés le 14 décembre. Il a fallu faire plein de tests, on a reçu des techniciens. Ça a duré jusqu’à lundi, quand une équipe de tournage est arrivée. Et on ne savait toujours pas si nous étions choisis », explique la gérante. Puis le chef a débarqué pour le service du midi, lundi. « D’habitude, on sait gérer dix couverts, mais là, ça a été un tsunami. On était nuls et on en a pris plein la tête », reconnaît Pascal. « On connaissait l’émission, il faut savoir mettre son orgueil de côté », ajoute Maire-Claude.

« Je n’ai pas trop gueulé dans cet épisode »

« Je n’ai pas trop gueulé dans cet épisode. Pascal est incroyable d’aplomb. Il a même réussi à me faire douter en m’expliquant comment il fallait assaisonner », plaisante Philippe Etchebest. « Le souci, c’est qu’ils n’ont pas su se remettre en question, s’adapter à une nouvelle clientèle », poursuit le chef. Alors, il leur a appliqué sa recette : simplicité, crédibilité.

Le tournage s’est terminé, vendredi. Le Lion des Flandres a gagné une cuisine toute neuve, un rafraîchissement de la déco et une carte simplifiée. « On est reboostés pour la réouverture, lundi », assure Marie-Claude. Pour la diffusion, il faudra attendre « entre 4 à 6 mois », selon la production. Mais rien n’empêche, avant, d’aller goûter la carbonade flamande revisitée de Pascal.