VIDEO. Nausicaa: Requin marteau, poisson lune et nouvelle extension au programme

LOISIRS Installé à Boulogne-sur-Mer, le plus grand aquarium d’Europe est encore très loin d’avoir terminé sa croissance…

Mikaël Libert

— 

Le requin marteau de Nausicaa.
Le requin marteau de Nausicaa. — Nausicaa
  • Le centre Nausicaa rouvre ses portes samedi après une période de travaux de maintenance.
  • Une première pour le centre, le public pourra voir évoluer un requin marteau.
  • Un financement européen de 17 millions d’euros a été confirmé pour réaliser une nouvelle extension sur le thème du changement climatique.

Ce rêve bleu. Samedi, le centre Nausicaa, à Boulogne-sur-Mer, rouvre ses portes au public après une période de fermeture consacrée à de lourds travaux de maintenance. Cette fois, les visiteurs habitués des lieux n’auront pas beaucoup de nouveautés à se mettre sous les yeux, exception faite de la présentation du fameux requin marteau. Pour autant, l’avenir à moyen terme va réserver de grosses et belles surprises.

L’attraction phare de samedi sera sans doute le très cher requin marteau. Avant même sa présentation au public, l’animal avait déjà fait parler de lui en raison de son coût : environ 900.000 euros. Mais ce n’est pas si simple. « Nous ne payons pas le requin, mais les frais de capture et d’élevage », précise Philippe Valette, directeur de Nausicaa.

« Ils étaient condamnés dans leur milieu naturel »

Le début de l’histoire commence en Australie, en 2011 : « Nous avons prélevé 20 bébés requin marteau, soit la moitié d’une portée annuelle d’une femelle. Statistiquement, ils étaient condamnés dans leur milieu naturel », affirme le directeur. Sur ce prélèvement, un seul a survécu. Âgé de 8 ans, c’est lui qui va être présenté, samedi. Sur un autre prélèvement de dix autres bébés réalisé en 2018, un seul est vivant aujourd’hui : « On n’a pas perdu cet argent, c’est le prix à payer pour présenter cette espèce », constate Philippe Valette.

Certainement mois onéreux mais tout aussi spectaculaires, Nausicaa devrait accueillir très bientôt des poissons-lune. « Ce sont des poissons qui peuvent peser jusqu’à 1,5 tonne. Au début de leur croissance, ils prennent 40 % de leur poids par mois. Mais c’est assez délicat à élever, notamment en raison de leur alimentation composée essentiellement de méduses ».

Une nouvelle extension à venir

L’autre nouveauté, c’est la confirmation d’un financement européen de 17 millions d’euros. « Les fonds serviront à construire une nouvelle extension sur le thème du changement climatique », se réjouit le directeur du centre. Il y aura notamment une salle qui permettra d’échanger en direct avec les Inuits : « Leur témoignage est précieux car ils sont en première ligne pour constater ce phénomène », poursuit-il. Il y aura aussi une nouvelle salle de projection 4D de 300 places et un espace d’expositions temporaires de 400m2.

Mais ça, ce n’est toutefois pas pour demain. La durée de travaux est estimée à deux ans, sans compter le temps de réaliser les études. « Mais la conception du centre nous permettra de réaliser le chantier tout en restant ouverts au public », insiste Philippe Valette.