VIDEO. Lille: L'Eglise de la Très $ainte Consommation revient sur la scène politico-culturelle avec la cérémonie des Doigts d'Or

POLITIQUE SPECTACLE Ancien candidat aux élections municipales de Lille, le PAP’40, chantre de la décroissance, organise pour la sixième année, à Lille, la cérémonie humoristique des Doigts d’Or, contre le capitalisme…

Gilles Durand

— 

Lille, le 20 mars 2014. Alessandro Di Giuseppe, candidat de l'Eglise de la très sainte consommation pour l'élection municipale à Lille
Lille, le 20 mars 2014. Alessandro Di Giuseppe, candidat de l'Eglise de la très sainte consommation pour l'élection municipale à Lille — M.Libert/20 Minutes
  • Depuis cinq ans, l’Eglise de la Très $ainte consommation organise, à Lille, la cérémonie des Doigts d’Or, un spectacle qui dénonce les dérive du capitalisme.
  • L’économiste lillois Jean Gadrey fait partie, cette année, des invités à cette cérémonie humoristique.
  • La cérémonie des Doigts d’Or part ensuite en tournée dans 18 villes de France et à Bruxelles, en Belgique.

C’est un personnage devenu incontournable de la politique spectacle lilloise. Alessandro Di Giuseppe, alias le PAP’40, revient, ce vendredi soir*, à Lille, sur le devant de la scène avec la traditionnelle cérémonie des Doigts d’or. Depuis cinq ans, ces « Oscars du capitalisme » tournent en dérision le monde politique. Avec, en ligne de mire, les municipales de 2020 à Lille ?

« Joker », répond Alessandro Di Giuseppe. Sous l’étiquette de l’Eglise de la Très $ainte Consommation (ET$C), cet artiste s’était présenté aux législatives en 2012 (1,37 % des voix) et aux municipales lilloises en 2014 (3,55 %). Il avait même imaginé une candidature à la présidentielle, en réunissant « 500 signatures de mères », en 2017.

L’économiste Jean Gadrey récompensé

Vous l’aurez compris, l’ironie anime ce PAP’40 chargé de propager sa bonne parole. Pourtant, lors de la cérémonie des Doigts d’or 2018, il va recevoir le soutien d’un économiste, anciennement universitaire et désormais à la retraite, Jean Gadrey.

L’homme avait notamment prédit la crise des subprimes en 2009. Jean Gadrey fait partie des économistes atterrés et a publié notamment Adieu à la croissance où il explique les limites écologiques de ce dogme économique. Il va donc recevoir le Doigt d’or de l’ennemi public n°1 « pour oser remettre en question les bienfaits de la croissance », souligne les organisateurs.

« Je pensais être un peu trop vieux pour me prêter à ce jeu, explique Jean Gadrey à 20 Minutes. Mais j’apprécie beaucoup l’esprit de l’ET$C. Ce sont des gens qui permettent d’évoquer des sujets graves en les tournant à la dérision. J’aime beaucoup cet humour -qui est une forme de résistance- avec lequel il traite les travers consuméristes de notre société, les excès de pouvoir de l’oligarchie et la richesse. »

Benjamin Griveaux, Luc Ferry et Aurore Bergé épinglés

L’économiste, qui milite aussi à ATTAC, a donc préparé « un discours de remerciements humoristique », au deuxième degré. Il prendra pour cibles Benjamin Griveaux, à qui il promet d'« offrir un transpalette en or massif », Luc Ferry « pour son courage d’avoir appelé à tirer sur les manifestants » et Aurore Bergé « également pour son courage d’avoir dénoncé à la justice des personnalités qui soutiennent les actions des gilets jaunes ».

La cérémonie doit ensuite partir en tournée, pour la première fois, dans 19 villes, dont Bruxelles, jusqu’au 14 février. Benoît Delepine ou Pierre-Emmanuel Barré, entre autres, participeront respectivement aux spectacles d’Angoulême et de Lyon.

* Spectacle complet.

A Lille, la consommation a son apôtre