Lille: Trois boutiques vandalisées par des militants antispécistes

FAITS DIVERS Deux commerces de bouche et un magasin de vêtements ont vu leurs vitrines brisées et taguées. L’action a été signée d’un mystérieux « ALF »…

Mikael Libert

— 

Cette boutique de vêtement a été ciblée par les antispécistes.
Cette boutique de vêtement a été ciblée par les antispécistes. — M.Libert / 20 Minutes
  • Trois boutiques ont été vandalisées en une nuit par des antispécistes.
  • La signature « ALF », pour Animal liberation front, a été retrouvée sur les lieux.
  • Il s’agit d’un mouvement pour la cause animale né dans les années 1970 aux USA.

La liste s’allonge. Dans la nuit de mardi à mercredi, trois boutiques Lilloise ont été dégradées par un ou plusieurs militants antispécistes. Cela fait monter le bilan à 13 commerces vandalisés depuis le début de l’année 2018. Sauf que cette fois, l’action a été signée « ALF ». Acronyme de l’ Animal liberation front, un mouvement antispéciste né aux Etats-Unis dans les années 1970.

Le ou les auteurs ont suivi un parcours mûrement réfléchi. C’est le restaurant Canard Street, rue de Béthune, qui a été le premier touché. «Ils ont inscrit ''T’as pas compris'' et ont brisé deux vitres», se désole un employé, affairé à nettoyer la peinture rouge du tag. Ce même restaurant avait déjà été la cible des antispécistes en juin dernier. Des faits pour lesquels deux militants de la cause animale doivent d’ailleurs comparaître au mois de mai.

« Leur peau, pas la vôtre »

Le périple antispéciste s’est poursuivi rue Esquermoise, où la boutique Comtesse du Barry a vu sa vitrine brisée et taguée d’un « Foie gras = torture », vers trois heures du matin. « J’ai entendu un gros ''boum'', mais je n’ai pas pensé une minute à ça », confie Christophe Givert, le responsable, ajoutant que les réparations « allaient coûter une blinde ».

La boutique Comtesse du Barry vandalisée à Lille.
La boutique Comtesse du Barry vandalisée à Lille. - M.Libert / 20 Minutes

Le dernier commerce touché se trouve place du Lion d’Or, dans le Vieux-Lille. Il s’agit de la boutique de vêtements Max Mara, dans laquelle certains articles comportent de la fourrure. « Leur peau, pas la vôtre » est inscrit à la peinture rouge sur la vitrine dans laquelle a aussi été lancé un pavé. « Sur notre page Facebook, nous avons déjà reçu des messages d’avertissement, mais je ne sais pas s’il s’agit des mêmes personnes », explique Aïcha, la gérante.

Que signifie «ALF», la signature retrouvée sur les lieux ?

A la différence des précédentes actions des antispécistes à Lille, celles de ce mercredi matin ont été signées de l’acronyme « ALF », qui signifie « Animal liberation front ». Les racines de ce mouvement se trouvent aux Etats-Unis et remontent aux années 1970. En France, l’ALF a mené de nombreuses actions, surtout entre 2002 et 2010. Le réalisateur français Jérôme Lescure à même consacré à ce mouvement un long-métrage, sorti en salles en 2012.

Selon la spécialiste des mouvements sociaux et activiste végane, Ophélie Véron, l’ALF « n’existe presque plus » en France a-t-elle déclaré en septembre 2018 au Parisien. La dernière action signée « ALF », en France, date de décembre dernier. Des locaux servant aux chasseurs avaient été incendiés à Ansauville, près de Nancy. On ne retrouve pourtant aucune trace de revendication sur le site officiel de l'ALF.