Pas-de-Calais: Six prêtres traditionalistes en garde à vue pour violences sur des enfants

FAITS DIVERS Les hommes d’Eglise sont issus de la communauté traditionaliste de Riaumont, située à Liévin, sur laquelle une enquête est menée depuis plusieurs années…

F.L. avec AFP

— 

Le village d'enfants de Riaumont, à Liévin.
Le village d'enfants de Riaumont, à Liévin. — Google Maps

La communauté de prêtres de Riaumont, située à Liévin (Pas-de-Calais), est au cœur d’une enquête ouverte il y a plusieurs années pour des violences sur mineurs. Mercredi, six prêtres de la communauté traditionaliste ont été placés en garde à vue à Lille dans le cadre d’une enquête sur des violences physiques sur des pensionnaires, révèle l’AFP.

L’enquête, menée par l’Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP) et la police judiciaire de Lille, concerne des faits de violences « non sexuelles » sur des pensionnaires qui « remontent » dans le temps mais qui « ont pu perdurer », selon cette source, confirmant une information de M6.

Plus de 200 témoins et victimes auditionnés depuis 2013

La communauté de Riaumont est visée par plusieurs enquêtes sur des «faits sexuels et de maltraitance». Plus de 200 témoins et victimes ont été auditionnés par la police dans plusieurs pays depuis 2013 pour des faits remontant aux années 1990 et 2000.

En 2001, le parquet de Béthune avait ouvert une enquête pour déterminer les circonstances exactes de la mort d’un adolescent de 14 ans, retrouvé pendu dans l’institut. Un non-lieu avait finalement été prononcé.

La communauté accueille une école libre hors contrat

La communauté comprend l’école Jean-Bosco, une école libre hors contrat, qui n’est pas agréée par l’Education nationale, et qui dispense des cours de la 6e à la 3e (conformément au programme d’un cours par correspondance) encadrés par des religieux en habits traditionnels.

Tenue par les religieux de l’institut Sainte-Croix de Riaumont, la propriété abrite en outre un groupe scout autonome traditionaliste, le groupe Saint-Bernard, et un centre de documentation baptisé « Laboratoire scout ».