Les ex-Metaleurop gagnent une bataille

Vincent Vantighem - ©2008 20 minutes

— 

En 2003, Jacques Chirac les avait qualifiés de « patrons voyous ». Vendredi, le conseil des prud'hommes de Lens a donné raison à l'ancien Président. Les dirigeants de Recyclex, ex-groupe Metaleurop SA, ont été condamnés à indemniser les 495 anciens salariés du collège ouvrier de Metaleurop Nord. Ces derniers devraient recevoir 30 000 euros chacun.

« Ils sont partis comme des voleurs il y a cinq ans, a justifié Farid Ramou, ancien délégué syndical CGT. Maintenant une décision a été prise. Il faut qu'ils l'assument. » Interrogé par l'AFP, un porte-parole du groupe Recyclex a pourtant estimé « légitime d'aller jusqu'au bout de la procédure judiciaire », expliquant qu'il « fera sans doute appel de cette décision ».

En lâchant brutalement la fonderie de Noyelles-Godault en 2003, Metaleurop SA avait annoncé qu'il ne prendrait en charge ni les frais de licenciement des 830 salariés ni les dépenses de dépollution. Mais aujourd'hui, la décision des prud'hommes de Lens relance le débat. Les anciens cadres ont en effet entamé la même démarche que les ouvriers. Ils attendent la décision des juges le 30 septembre.