Brigitte Mauroy: «Je n'ai jamais dit que j'étais à droite»

POLITIQUE Brigitte Mauroy, qui siège dans l'opposition UMP à la mairie, implante à Lille le parti de Jean-Marie Bockel, Gauche moderne...

Recueilli par Vincent Vantighem

— 

La nièce de Pierre Mauroy, ancienne militante du PRG, siège avec l'oppostion UMP. Mais elle a lancé un comité local de Gauche moderne, le parti de Jean-Marie Bockel.

Pourquoi lancez-vous la Gauche Moderne alors que vous siégez dans l'opposition UMP à la mairie de Lille?

Je ne suis pas en phase avec le PS, qui ne veut pas réformer. La Gauche Moderne est une situation nouvelle pour la droite lilloise. Comme ça l'était pour le gouvernement quand Jean-Marie Bockel [maire de Mulhouse] l'a intégré. Et je n'ai jamais dit que j'étais à droite.

Cela fait trois courants de pensée dans une opposition lilloise qui ne compte que dix membres. Comment avoir, ainsi, un discours cohérent?

Comme le Nouveau Centre, on gardera notre identité. Même si on est d'accord sur beaucoup de sujets avec Sébastien Huyghe. D'ailleurs, c'est lui le chef. Et, dans ce mandat, je ne parlerai jamais au nom de l'opposition.

Et si un désaccord surgit avec l'opposition...

Je ne crois pas que cette situation puisse arriver. Mais il ne faut jamais dire jamais. Je ne ferai jamais de concession par rapport à ce que j'ai au fond de moi.

Justement, êtes-vous si éloignée des positions de Martine Aubry?

Elle veut tout ramener sur le terrain politique. Je ne suis pas là pour ça. Ses ambitions démarrent aux frontières de Lille. Les miennes s'y limitent. D'ailleurs, on va occuper le terrain. J'ai commencé la politique il y a six mois : je suis encore en phase d'acquisition, mais je serai bientôt totalement opérationnelle.