Nord : Riposte des représentants de la mosquée fermée administrativement à Hautmont

RELIGION Les responsables de la salle de prière, fermée par la préfecture, annoncent qu’ils vont saisir la justice…

G.D.

— 

L'emplacement de la mosquée, à Hautmont.
L'emplacement de la mosquée, à Hautmont. — Google Maps

Ils dénoncent des « allégations graves et choquantes ». Samedi, les représentants de la mosquée As-Sunnah d’Hautmont, dans le Nord, ont réagi, dans un communiqué, face à la fermeture administrative qui a touché, deux jours plus tôt, la salle de prière.

La préfecture avait ordonné, jeudi, la fermeture du lieu de culte, pour une durée de six mois. « Les idées qui y sont diffusées et les activités qui s’y déroulent provoquent à la violence, à la haine et à la discrimination et font l’apologie d’actes de terrorisme », précisait le préfet du Nord qui s’appuyait sur les remontées des services de renseignements.

Visé par un arrêté municipal

Les responsables du lieu de culte réfutent ces accusations et affirment avoir saisi la justice, rapporte La Voix du Nord. « Nous nous en référerons à la justice pour faire toute la lumière sur cette affaire et ainsi démontrer notre position claire sur ces questions préoccupantes, annoncent-ils. Notre mosquée se veut être un lieu ouvert où le libre exercice du culte s’inscrit dans le strict cadre de la loi. »

Selon le quotidien régional, le premier étage de la salle de prière était également visé par un arrêté municipal de la mairie d’Hautmont. La ville avait demandé des travaux pour aménager une sortie de secours. Ce lieu de culte avait vu le jour en 2014.