Le club privé La Citadelle, à Lille.
Le club privé La Citadelle, à Lille. — S.ALCALAY/SIPA

EXTREME-DROITE

Lille: Le bar des identitaires «La Citadelle» au cœur d'une enquête d'Al Jazeera

Projet d’attentat, agressions racistes, propos nazis, un journaliste de la chaîne qatarie a infiltré le cercle des identitaires lillois pendant de longs mois…

  • Al Jazeera a diffusé un reportage sur le mouvement des identitaires lillois.
  • Un journaliste a infiltré et filmé en caméra cachée les membres du groupuscule pendant de longs mois.
  • Le reportage montre des liens entre certains membres de Génération identitaire et le Rassemblement national (RN, ex-FN).

Depuis lundi, la chaîne Qatarie Al Jazeera diffuse la première partie d’une enquête intitulée Génération haine. Sur une période, dont la durée exacte n’est pas précisée, un reporter de la chaîne appelé « Louis » a infiltré le milieu des identitaires Lillois, un groupuscule d’extrême droite prônant la « remigration ». Le document de 52 minutes est filmé principalement en caméra cachée, notamment dans le club privé « La Citadelle », repaire de Génération identitaire à Lille.

Passage à tabac, voiture bélier

Le reportage fait état de propos racistes, nazis, et d’actions violentes, avérées ou planifiées. Assis tranquillement dans une salle du bar la Citadelle, un individu présenté comme « activiste de Génération identitaire (GI) », explique au journaliste : « Je vais au marché de Wazemmes, j’te fais un carnage, Charlie Hebdo à côté, c’est de la pisse de chien ».

Plus tard, on retrouve ce même homme rue Massena, à Lille. Il est en compagnie de deux autres individus présentés l’un comme activiste néo-nazi et l’autre comme appartenant à GI. Les trois s’en prennent à une jeune femme, « une rebeu », comme ils disent. Equipés de gants renforcés, ils la passent à tabac : « Meuf ou pas meuf, rien à foutre, c’est des rebeus », lâche l’auteur des coups. Il s’en vantera même une semaine plus tard, à La Citadelle.

Des liens entre les identitaires et l’ex FN

Al Jazeera a aussi tenté de montrer les liens entre GI et le Rassemblement national (ex-FN), notamment au sein du Conseil régional. Pierre, un identitaire parisien, affirme avoir été chef de cabinet de Philippe Emery, président du groupe RN à la Région. Un autre identitaire, Rémi (il refuse que nous citions son nom), assure aussi travailler pour des élus RN de la région. « Pierre a bien travaillé pour nous. Il s’était présenté sous un autre nom et avait reconnu avoir milité dans le passé pour GI. Rémi a fait un an et demi comme assistant de commission mais n’a jamais fait mention GI », reconnaît Philippe Emery.

Interrogée sur les liens entre le FN et les groupes d’extrême droite, Marine Le Pen affirmait n’avoir « aucun rapport » avec eux. Pourtant, dans le documentaire, on entend Aurélien Verhassel, président de La Citadelle, déclarer travailler en tant que conseiller politique pour un seul et unique parti, le Front national. Le FN avait démenti ainsi que l’intéressé et Philippe Emery a insisté sur l’absence de lien entre le parti et GI.

« Au regard du procédé utilisé par l’infiltré, je m’interroge quant au sérieux de sa démarche et sa bonne foi. J’ai écrit à Al Jazeera pour prendre connaissance de l’intégralité des rushes et apporter des réponses circonstanciées. Ces derniers n’ayant pas donné suite, cette fin de non-recevoir démontre le peu d’objectivité du reportage », déclare le président de la Citadelle, dénonçant un document « réalisé uniquement à charge » avec des « traductions fallacieuses ».

Martine Aubry veut « obtenir la fermeture de la Citadelle »

Les suites pourraient bien être judiciaires. De source policière, le suspect du passage à tabac de la jeune femme peut être poursuivi. Pour les propos racistes ou nazis, « il s’agit de déterminer si la vidéo peut être considérée comme un élément de preuve », explique une source judiciaire.

A l’ouverture de La Citadelle, en septembre 2016, Martine Aubry avait assuré qu’elle serait « très attentive » à ce qui s’y passerait. Mardi soir, la maire de Lille a d’ailleurs réagi dans un communiqué : « J’ai pris connaissance avec horreur du documentaire diffusé par la chaîne Al-Jazeera […] Il révèle des propos insupportables tenus par des membres de Génération Identitaire [et] des actes de violence révoltants ». Elle précise avoir saisi le préfet pour « faire cesser les agissements de ces individus et obtenir la fermeture de la Citadelle ».