Nord: Comment l'Etat compte aider les entreprises impactées par les «gilets jaunes»

ECONOMIE La préfecture des Hauts-de-France a pris des mesures pour « garantir la continuité économique »…

Mikael Libert

— 

Manifestation des «gilets jaunes», à Lille, le 8 décembre.
Manifestation des «gilets jaunes», à Lille, le 8 décembre. — M.Libert/20 Minutes
  • Le préfet des Hauts-de-France annonce des mesures d’aide pour les entreprises impactées par le mouvement des « gilets jaunes ».
  • Repos dominical, report d’échéances, chômage partiel…
  • Les conséquences économiques sont encore difficilement chiffrables dans la région.

Avec plus ou moins d’assiduité depuis le 17 novembre, le mouvement des « gilets jaunes » est à l’origine de nombreuses manifestations, blocages et autres perturbations, notamment dans la région des Hauts-de-France. Une mobilisation qui n’est pas sans conséquences économiques, la période des fêtes de fin d’année comptant pour beaucoup dans la réalisation du chiffre d’affaires annuel de certaines entreprises. Le préfet de région a donc mis en œuvre plusieurs mesures afin de limiter au mieux l’impact du mouvement social sur l’économie locale.

Pas vraiment d’impact chiffré

Dans un communiqué, le préfet des Hauts-de-France, Michel Lalande, dénonce les « conséquences sévères du mouvement des ''gilets jaunes'' pour les entreprises de la région ». Pour autant, ces conséquences ne sont pas détaillées.

Des chiffres ou statistiques ne sont pas faciles à obtenir. La Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de la région a néanmoins publié, vendredi, les résultats d’une étude réalisée les 4 et 5 décembre auprès d’un « panel représentatif de 2.126 entreprises » des Hauts-de-France. On peut notamment y voir que 63 % des sondés estiment que « l’action des ''gilets jaunes'' a un impact sur leur activité ». Toujours selon cette étude, il apparaît que ce sont les secteurs du commerce de détail, de l’hôtellerie-restauration et du transport qui ont été le plus pénalisés.

Des chiffres nuancés par la Fédération nationale du transport routier (FNTR) : « la région a été plutôt épargnée, même si, ponctuellement, certaines entreprises ont pu connaître des pertes allant jusqu’à 15.000 euros par jour », explique Olivier Arrigault, délégué régional de la FNTR.

« A Lille, on est plutôt passés au travers jusqu’ici. Sauf samedi dernier où ça a été un peu plus compliqué. Ce sont surtout les centres commerciaux en périphérie qui ont été touchés », assure-t-on à la Fédération Lilloise du commerce.

Les mesures

Entre autres mesures, le préfet annonce la mise en place d’une cellule d’écoute pour renseigner les entreprises sur les reports d’échéances fiscales, le chômage partiel. Le représentant de l’Etat assure aussi que le Fisc appréciera « avec bienveillance » les demandes d’étalement des échéances fiscales et sociales.

Le préfet est aussi prêt à accorder davantage de dérogations au repos dominical pour les mois de décembre et de janvier dans les communes qui n’ont pas mis en place le « dimanche du maire ».