Nord: Une note interne annonce la fermeture de nombreux points d'accueil des finances publiques

SOCIETE Dans une note interne, dévoilée par la CGT, les Finances publiques prévoient la suppression de deux tiers des points d’accueil dans les communes rurales du Nord...

Gilles Durand

— 

Illustration d'une feuille d'impôts.
Illustration d'une feuille d'impôts. — A. Gelebart / 20 Minutes
  • Une note de la direction des Finances publiques, datée de juin 2018, annonce un nombre de fermetures sans précédent de points d’accueil du public, dans le Nord.
  • Sur 67 communes qui accueillent actuellement un point d’accueil des Finances publiques, il n’en resterait que 26 en 2022.
  • La Direction régionale assure que cette note n’était « qu’une des étapes d’une réflexion de méthode ».

Le désert administratif risque de s’agrandir encore. Le syndicat CGT Finances publiques du Nord a mis la main sur une note datée du mois de juin 2018, détaillant un projet de restructuration des points d’accueil du service des impôts dans le département.

Le nombre de communes accueillant un point de contact passerait de 67 actuellement à 26, à l’horizon 2022, selon les projections réalisées par la direction départementale, à la demande du ministère de l’Action et des Comptes publics. Soit environ deux tiers de fermetures.

Une ampleur inédite

Dans cette optique, 400 emplois seraient supprimés dans un département qui en compte environ 3 000. « On va généraliser l’accueil sur rendez-vous. Dans les campagnes, pour rencontrer un agent des impôts, il faudra faire encore plus de kilomètres avec sa voiture », résume un fonctionnaire des impôts.

Un projet qui tombe mal en pleine révolte des « gilets jaunes » à propos, entre autres, de l’aménagement du territoire.

De son côté, la CGT s’inquiète : « On a déjà connu des restructurations et des compressions de personnel, mais cette fois, ça prend une ampleur inédite. Et ça commence à poser de plus en plus de problèmes de contrôle et de conseil », souligne la CGT.

« Déconcentration de proximité »

« La direction nous a assuré que ce projet était encore en cours de réflexion », souligne Laurent Périn, secrétaire départemental CGT. Contactée par 20 Minutes, la direction régionale assure que les documents dévoilés « ne constituaient, au tout début de l’été, qu’une des étapes d’une réflexion de méthode » et qu’il ne s’agit pas de documents « décisionnels ».

Toujours selon la direction, « une perspective nouvelle - la déconcentration de proximité- » est en préparation depuis cet été. « Une consultation plus approfondie avec les élus locaux » est également prévue. Autant de précisions dont ne faisait pas état la note interne datée du 25 juin.