A Roubaix, la collaboration rend Verts

Olivier Aballain - ©2008 20 minutes

— 

Il ne suffit pas de donner pour être accepté. C'est ce que viennent de découvrir les promoteurs de la collection « Bou­chard », qui est sur le point d'être admise au musée de la Piscine, à Roubaix. L'oeuvre du sculpteur parisien est d'ailleurs incluse dans la programmation des années à venir.

Mais pour les élus Verts de Roubaix, la donation passe mal, d'autant qu'elle s'accompagne d'un projet d'extension du musée sur 300 m2, pour plus de deux millions d'euros. « L'oeuvre de cet artiste vaut-elle un tel investissement ? », s'interroge Chris­tian Carlier, con­seiller mu­nicipal d'opposition (Verts). La question, déjà soulevée en 2007, se pose à la suite d'un article paru dans Le Monde. Car Henri Bou­chard, peintre figuratif du début du XXe siècle, est aussi connu pour quelques actes de collaboration « artistique » entre 1939 et 1945... « Il a déjà été condamné pour cela. Ce qui compte c'est l'intérêt de la donation », explique Jean-François Boudailliez, conseiller municipal (app. MoDem) en charge de la Cul­ture. Lequel met en avant la reconstitution à Roubaix de l'atelier de l'artiste - unique en France - à des fins pédagogiques. « Politiquement, c'est peu pertinent », commente Christian Carlier, qui pourrait ne « pas en rester là ».