Lille: Un tee-shirt qui détermine votre indice de bien-être

INNOVATION Une start-up Lilloise a mis au point un vêtement connecté qui vous aide à prendre soin de votre corps…

Mikael Libert

— 

Le vêtement intègre des capteurs en fil d'argent.
Le vêtement intègre des capteurs en fil d'argent. — E-Wear Solutions
  • Le vêtement possède des capteurs cardiaques en fil d’argent.
  • Connecté à une application, il permet de déterminer l’indice de bien-être.
  • La start-up qui développe ce produit est détenue majoritairement par Damart.

Vous êtes détendu, détendu. Depuis un an, l’incubateur Eurasanté, à Lille, héberge une nouvelle start-up, E-Wear solutions. Celle-ci développe un vêtement connecté en collaboration avec le géant local, Damart, son actionnaire majoritaire.

« L’idée est venue du département recherche et développement de Damart qui souhaitait intégrer des capteurs physiologiques dans des sous-vêtements », explique Loïc Delecroix, le directeur de E-Wear Solutions.

Il détermine un indice de bien-être

La mise en application s’est faite en externe, au sein de la start-up, laquelle a trouvé l’idée d’utiliser la technologie pour déterminer un indice de bien-être. « Les capteurs intégrés au vêtement sont en fil d’argent, imperceptibles au toucher. Ils déterminent un indice de bien-être en fonction de la variabilité cardiaque qu’ils mesurent », détaille le dirigeant.

Le tee-shirt, baptisé Feelyh, est relié à un petit boîtier Bluetooth qui transmet les données vers une application sur smartphone : « Elle propose des séances thématiques de yoga, Pilates ou encore méditation pour améliorer l’indice de bien-être déterminé grâce aux capteurs. »

Un autre produit en développement

A la fin de chaque séance, un bilan est proposé afin de constater les effets des exercices. « On ne ressent pas forcément tout de suite les résultats d’une séance. L’application, oui. Cela permet à la personne de ne pas se décourager. Le programme peut aussi l’orienter vers des exercices plus doux si l’indice de bien-être n’est pas meilleur en fin de séance », poursuit le patron de E-Wear Solutions.

La start-up reconnaît que Feelyh n’est pas adapté à la pratique sportive, « mais il peut être porté dans la journée, au bureau par exemple, en mode séance libre », assure Loïc Delecroix. C’est un peu dans cette optique que la start-up développe un autre produit en partenariat avec les établissements pour personnes dépendantes (EHPAD). Les phases de test doivent d’ailleurs commencer en début d’année prochaine.