Lille: Pourquoi les projets vélo sont exclus du budget participatif?

DÉMOCRATIE PARTICIPATIVE La ville de Lille a rendu publique la liste définitive des 20 projets arrivés en tête des votes des Lillois dans le cadre du budget participatif. Plusieurs, qui ont pour thème le vélo, ne seront pas financés…

Mikael Libert

— 

Un vélo dans le centre-villde de Lille (archives)
Un vélo dans le centre-villde de Lille (archives) — M. Libert
  • La liste des 20 projets retenus pour le budget participatif de Lille est connue. Deux projets, qui concernent la pratique du vélo, arrivent dans les quatre premiers.
  • Pour autant, c’est une compétence de la métropole et non de la ville.

C’est vous qui décidez. Martine Aubry, maire de Lille, a dévoilé ce lundi la liste des 20 projets retenus grâce au vote des Lillois pour être potentiellement réalisés avec les fonds du budget participatif. Arrivés en 3e et 4e positions, deux projets ayant pour thème le vélo ne seront sans doute pas réalisés. Du moins pas dans ce cadre. 20 Minutes vous explique pourquoi.

Les projets « Des pistes cyclables sécurisées » et « Des boxes et parkings vélo » sont arrivés respectivement 3e et 4e dans la « short list ». Et s’ils se retrouvent là, c’est parce qu’ils avaient été validés par les services de la mairie. « Nous avons hésité à les retenir, parce que c’est la Métropole européenne de Lille qui est désormais compétente dans ce domaine », explique Martine Aubry. L’élue précise ainsi que si des pistes cyclables devaient être réalisées, « ce ne sera pas sur le budget participatif ».

« Du poids pour discuter avec la MEL »

Est-ce une façon polie de jeter le projet aux oubliettes en refilant la patate chaude à la MEL ? Pas forcément. « Ce vote va nous donner du poids pour entrer en discussion avec la métropole et voir ce qui peut être fait », poursuit-elle. Néanmoins, même si la MEL accueillait le projet à bras ouverts, envisager des pistes cyclables sécurisées partout n’est pas techniquement réalisable : « Le problème, c’est que l’on a un cœur de ville compliqué, avec de petites routes », pointe l’élue socialiste.

« Le projet sera quand même examiné par le jury citoyen, assure Laurent Courouble, le président du jury. Ce sera l’occasion de discuter de solutions pour les petites rues comme, par exemple, supprimer des places de stationnement pour dégager de la place pour une piste cyclable. »

L’autre projet orienté vélo est celui réclamant des boxes et des places de parking : « Le problème du stockage est un des principaux freins à l’usage du vélo », estime la maire de Lille. C’est pourquoi, alors que ce n’est pas non plus de sa compétence, Martine Aubry a assuré que ses services « allaient travailler sur le projet des boxes ».