La grève ne fait pas recette

Vincent Vantighem - ©2008 20 minutes

— 

Le parcours de la manifestation a même été raccourci en cours de route. La défense des services publics n'a pas mobilisé les foules, hier, à Lille. Quelque 600 personnes selon la police, 800 selon les syndicats, ont bravé le soleil et défilé de la porte de Paris à la place de la République. « Ce n'est pas facile de mobiliser à la veille du bac », se défendait Michel Devred du Snes, qui ne se voilait pas la face quant au succès de la journée d'action. De fait, seuls 6,61 % des personnels de l'Education nationale étaient en grève dans l'académie de Lille, selon un bilan dressé par le rectorat à la mi-journée.

Même topo à la SNCF où les syndicats protestaient, eux, contre le plan de la réorganisation du fret. La direction régionale est parvenue à inscrire au planning une dizaine de trains supplémentaires (sur 600) qui ne devaient pas circuler selon les prévisions originelles. Le trafic n'a donc été que faiblement perturbé. Il devrait l'être encore moins aujourd'hui malgré la reconduction du mouvement par les syndicats.

C'est finalement devant les hôpitaux que le mouvement a le plus mobilisé. A Lille, Tourcoing, Roubaix, ou Seclin, les agents hospitaliers ont débrayé quelques heures. Ils en ont profité pour faire signer la pétition lancée le 1er mai à Roubaix pour dénoncer le manque de moyens des hôpitaux. Et pour se motiver en vue du prochain mouvement prévu mardi prochain. « On sera encore plus nombreux », prévoit un syndicaliste, histoire de se rassurer.