VIDEO. Nord: Un campement d'environ 1.800 migrants évacué à Grande-Synthe

IMMIGRATION Un important dispositif policier a été déployé à partir de 7h30 sur le campement du Puythouck, régulièrement occupé par les migrants, en grande majorité des Kurdes irakiens...

20 Minutes avec AFP
— 
Des migrants irakiens évacués en mai 2018 à Grande-Synthe (image d'illustration).
Des migrants irakiens évacués en mai 2018 à Grande-Synthe (image d'illustration). — Philippe HUGUEN / AFP

Mise à jour, à 13h : A midi, 600 personnes avaient été prises en charge et orientées vers des structures d’accueil dans les régions Hauts-de-France, Normandie, Île-de-France et Grand Est. Les opérations se déroulent dans le calme et se poursuivront dans l’après-midi, précise la Préfecture, dans un communiqué.

Les autorités ont lancé, ce mardi, une nouvelle évacuation du campement de migrants de Grande-Synthe dans le Nord. Près de 1.800 personnes y vivaient, selon des journalistes de l’AFP présents sur place.

Un important dispositif policier a été déployé à partir de 7h30 sur le campement du Puythouck, un ensemble de lacs et de petits bois régulièrement occupé par les migrants, en grande majorité des Kurdes irakiens. « Plus de 1.800 personnes seront prises en charge et mises à l’abri dans des structures d’hébergement réparties dans l’ensemble de la région des Hauts-de-France et des régions périphériques », a annoncé la préfecture du Nord dans un communiqué.

Prêt à rouvrir le camp de la Linière

Une évacuation du même type avait déjà eu lieu le 28 septembre. Environ 400 à 500 personnes étaient alors montées dans des bus à destination de plusieurs centres d’accueil des Hauts-de-France. Le 6 septembre, les autorités avaient également procédé à une « mise à l'abri » de 539 personnes se trouvant dans une « Jungle » insalubre à proximité de la gare de triage.

Les associations partagent le constat d’une constante augmentation depuis le 6 septembre, mais font aussi régulièrement état de « retours » de migrants depuis les centres d’accueil. La situation est telle que le maire écologiste de Grande-Synthe, Damien Carême, s’est dit prêt à rouvrir le camp de la Linière, détruit par un incendie en 2017 et qui accueillait 1.500 personnes.