La juge qui a annulé le mariage menacée

Olivier Aballain - ©2008 20 minutes

— 

La polémique judiciaire a aussi ses victimes. On a appris hier que la magistrate lilloise, qui avait prononcé l'annulation d'un mariage parce que l'épouse avait menti sur sa virginité, « [avait] reçu des lettres de menace », a indiqué la ministre de la Justice, Rachida Dati sur Canal+.

La Chancellerie a refusé hier de préciser la nature des menaces, mais elles ne semblent pas anodines. Interrogé par l'AFP, le procureur de la République de Lille a précisé que « la magistrate [avait] déposé plainte pour outrage à magistrat », et qu'une enquête était en cours. De son côté, la mariée repoussée s'est déclarée « traumatisée », selon son avocat, Me Charles-Edouard Mauger, qui souligne son opposition à l'appel formé par le parquet contre l'annulation du mariage. « J'ai ma vie à reconstruire, je n'ai pas à être victime du système politique », a-t-elle confié.

Pourtant, samedi, quelques centaines de personnes ont manifesté à Paris à l'appel de l'association Ni putes ni soumises pour « le droit à l'émancipation des femmes ». Et le parquet de Lille a introduit un référé pour éviter que l'un des deux époux ne se remarie avant le jugement en appel.