Nord: L'enseigne de restauration «Les Petites Cantines» affiche sa recette solidaire

VIVRE ENSEMBLE C’est à Croix, près de Lille, que trois femmes ont ouvert le premier restaurant solidaire « Les Petites Cantines », au nord de Paris…

Gilles Durand

— 

Hadjila et Somia planchent sur la recette du dessert, aux P'tites cantines, un nouvel espace de restauration participatif, à Croix.
Hadjila et Somia planchent sur la recette du dessert, aux P'tites cantines, un nouvel espace de restauration participatif, à Croix. — G. Durand / 20 Minutes
  • Le principe de l’enseigne « Les Petites Cantines » est de confectionner les repas entre habitants du quartier pour d’autres habitants du quartier, pour récréer du lien.
  • Il existe déjà trois espaces de restauration de ce type à Lyon.
  • Les porteuses de projet ont choisi un quartier de Croix car plus de la moitié des logements accueillent une personne seule.

« Ici, on met les mains à la pâte ». Depuis le début du mois, un nouvel espace singulier de restauration a ouvert ses portes à Croix, près de Roubaix, dans le Nord. « Il s’agit d’un restaurant participatif où on souhaite récréer du lien entre les habitants du quartier », annonce Catherine Roche, une des trois porteuses de ce projet baptisé «Les Petites Cantines ».

« Lutte contre la précarité relationnelle »

Du mardi au vendredi, chaque midi, une dizaine de personnes s’affairent en cuisine, dans cette ancienne agence d’un bailleur social et sous la houlette de la salariée de l’association, Marion Gavelle. Dans cette initiative de « lutte contre la précarité relationnelle », elles préparent une trentaine de repas avec hors-d’œuvre et dessert. Comme à la maison.

Les trois porteuses de projet (de gauche à droite): Bénédicte Motte, Catherine Roche et Ariane Derville.
Les trois porteuses de projet (de gauche à droite): Bénédicte Motte, Catherine Roche et Ariane Derville. - G. Durand / 20 Minutes

Annie est retraitée. Pour cette ancienne maîtresse de maison, c’est un peu un retour aux sources. « On rencontre des gens. C’est une expérience très enrichissante. La preuve, c’est la première fois que je vais fabriquer des chips avec des pelures de pommes de terre et de carottes », avoue-t-elle.

« On s’entraide et on mange équilibrée »

Somia et Hadjila viennent de faire connaissance. La première a fini ses études de commerce international, la seconde est à la retraite après avoir été famille d’accueil. Toutes deux sont chargées de confectionner un cake à la banane. « J’aime beaucoup cette ambiance », note Hadjila.

Hélène a découvert le lieu par hasard, en sortant d’une séance de kiné. Comme beaucoup d’habitants du quartier, elle a passé la tête. C’est la deuxième fois qu’elle vient cuisiner, une de ses passions. « On s’entraide et on mange équilibrée », souligne cette future assistante maternelle.

Puis, vers midi, arrivent les premiers clients. « J’ai senti l’odeur. Comment ça fonctionne ? », demande une riveraine qui pointe son nez à la porte. Trois tables sont dressées. « Viens qui veut, indique Catherine Roche. La participation est libre, mais on demande qu’elle soit consciente. Le prix de revient d’un repas est de 9 euros. »

Les gens vivent seuls

La présidente de l’asso a choisi ce quartier de Croix car « 60 % des logements accueillent des gens qui vivent seuls », explique-t-elle. Entre cuisiniers volontaires et convives, l’association compte déjà près de 300 adhérents.

« Nous ne bénéficions d’aucune subvention, souligne Catherine Roche. Mais nous sommes aidés par de nombreux partenaires, de la banque jusqu’à la boulangerie du coin qui nous offre le pain de la veille. »

L’enseigne « Les Petites Cantines » existe déjà à Lyon. D’autres projets sous le même nom sont en cours de réalisation à Annecy, Strasbourg et Nantes.