Nord: Quand la ville de Marquette fait manger ses seniors à la cantine

SOCIETE La municipalité teste la cantine intergénérationnelle, notamment pour rompre l’isolement de certaines personnes âgées…

Mikael Libert

— 

Des séniors déjeunent avec les enfants de l'école maternelle Les alouettes, à Marquette.
Des séniors déjeunent avec les enfants de l'école maternelle Les alouettes, à Marquette. — M.Libert / 20 Minutes
  • Une cantine intergénérationnelle testée dans la commune de Marquette.
  • Des seniors déjeunent à la cantine avec des enfants des écoles maternelles.
  • L’expérience pourrait être pérennisée dès janvier 2019.

Une idée aux petits oignons. Depuis le début de la semaine, la ville de Marquette, près de Lille, dans le Nord, expérimente la cantine intergénérationnelle au sein de deux de ses écoles. Les enfants vont ainsi partager leur repas du midi avec de « jeunes seniors ». Un choc des générations qui passe crème.

La sonnerie de midi vient à peine de retentir dans les couloirs de l'école les Alouettes, à Marquette, que les enfants déboulent déjà dans le réfectoire. Ça bouge de partout, ça court, ça fait du bruit. Mais ce mardi, la pause déjeuner sera un peu spéciale, et le menu n’a rien à voir là-dedans. Dans la file d’attente du self, plateaux en mains, deux personnes plus grandes et plus âgées que les autres patientent.

« Si vous voulez du rab, vous pouvez », glisse Lilou à Joëlle

« Je ne suis pas venue pour le menu mais pour profiter d’un moment d’échange avec les enfants », explique Joëlle, une retraitée de 68 ans. Pourtant, celle-ci est loin d’être isolée : « J’ai des petits-enfants âgés de 6 à 20 ans et je suis très active, poursuit-elle. Mais j’ai envie de leur parler de l’époque où j’étais petite et qu’ils m’expliquent comment ça se passe pour eux ».

Attablée devant son assiette de rôti de bœuf-petits pois-purée, Joëlle entame la conversation avec les enfants. « Si vous voulez du rab, vous pouvez », lui glisse à l’oreille Lilou, huit ans. Âges et prénoms sont rapidement échangés. « Je suis contente d’être avec des seigneurs [sic], assure la petite fille. Ils sont attentifs et nous écoutent. » « Et eux aussi ça leur fait plaisir quand on les écoute », enchaîne une autre Lilou, huit ans elle aussi. « C’est cool, on va pouvoir jouer avec eux », espère Evan qui en oublie de manger.

Une expérience à pérenniser

« L’idée, c’est de rompre avec la solitude dont souffrent certaines personnes âgées, explique Hugues Duthoit, adjoint au maire. Mais c’est aussi ouvert aux séniors qui n’ont pas envie de se faire à manger », reconnaît-il. Dans les faits, la cantine intergénérationnelle est ouverte à tout habitant de Marquette à partir de 60 ans. La réservation se fait 48h à l’avance sur le site Internet de la mairie et le repas est facturé « environ 4 euros », poursuit l’élu.

Si l’expérience plaît, elle sera pérennisée à partir de janvier dans deux des trois écoles de la ville. Ainsi, ce sont six ou sept personnes âgées par cantine qui pourront retomber en enfance le temps d’un repas de midi.

Faire cohabiter séniors et actifs, le pari du logement intergénérationnel séduit