Lille: Non, le Plan de circulation ne fait pas 65% de mécontents selon un sondage

SONDAGE L’union commerciale Ficomel a publié un sondage, notamment pour connaître l’impact du plan de circulation sur les commerces à Lille…

Mikael Libert

— 

La ville de Lille (illustration).
La ville de Lille (illustration). — M.Libert / 20 Minutes
  • Une fédération de commerçants Lillois a publié un sondage sur la fréquentation des commerces à Lille.
  • De nombreuses questions concernent l’impact éventuel du Plan de circulation.
  • Le prix des parkings est montré du doigt par une grande partie des sondés.

De l’interprétation des chiffres. Mardi 2 octobre, l’Union des commerçants du cœur de Lille (Ficomel) a rendu public un sondage commandité auprès de l’institut Opsio. Le postulat avoué était de déterminer l’évolution de la fréquentation des commerces lillois au cours des dix-huit derniers mois. La présidente de la Ficomel, Hélène Natier, a décidé de lancer sa bombe deux ans après l’ entrée en vigueur du plan de circulation (PDC), plan dont elle est une farouche opposante. Sauf que le bilan n’est pas forcément aussi négatif qu’on voudrait nous le faire croire.

Opsio s’est basé sur un « échantillon représentatif de 318 personnes âgées de 18 ans et plus » résidant dans un rayon de 20 kilomètres autour de Lille. Représentatif d’une population de combien de personnes ? Ce n’était pas précisé. Le seul chiffre trouvé vient de l’Insee, qui a comptabilisé, en 2015, 913.152 habitants de la Métropole européenne de Lille (MEL) âgés de 15 ans et plus.

Le PDC, bête noire des commerçants ?

Dans la synthèse du sondage, Opsio écrit que 65 % des sondés ne sont pas satisfaits par le nouveau plan de circulation. Or cette interprétation n’est pas exacte. En fait, les questions sur le PDC n’ont été posées qu’aux 266 personnes qui ont déclaré « venir régulièrement ou occasionnellement dans le Vieux-Lille ». Sur ces 266 personnes, 183 ont répondu qu’elles connaissaient le PDC. Et ce sont 65 % de ces 183 personnes qui se sont déclarées insatisfaites, soit 37 % seulement de l’échantillon global.

Plus parlant encore, on remarque que 13 personnes seulement (soit 4 % des sondés) estiment que le plan de circulation a un « impact négatif sur la fréquentation des commerces ». Le loup serait donc ailleurs, mais où ?

Les chiffres ne montrent pas non plus un abandon du centre-ville ou du Vieux-Lille​ par les sondés. En effet, 61 % déclarent venir plus souvent ou aussi souvent qu’avant. Ils sont près de 70 % à reconnaître avoir autant, voire davantage, de plaisir à faire du shopping à Lille. Certes, il y a tout de même 40 % des sondés qui déclarent venir moins souvent. Sauf que parmi eux, seuls 42 % pointent comme raisons la circulation ou le stationnement.

Un tiers des sondés viennent à Lille en voiture exclusivement

Lors de la présentation du nouveau plan de circulation, Martine Aubry avait insisté sur deux choses. Sa volonté de faire diminuer la circulation automobile en ville en premier lieu. En second lieu, orienter les automobilistes vers les parkings souterrains plutôt que sur des places de stationnement en surface. Or, le sondage de la Ficomel montre une certaine réussite sur ces deux points. Seuls 28 % des sondés utilisent exclusivement leur voiture pour venir faire les magasins à Lille et la moitié d’entre eux utilisent les parkings souterrains.

Pour autant, tout n’est pas rose, même si 63 % des sondés se déclarent optimistes sur l’avenir du shopping lillois. Un effort particulier est demandé sur le stationnement. 66 % des sondés font de la gratuité des parkings une de leurs trois priorités sur les actions à engager pour « faire venir ou revenir la clientèle » à Lille.