Nord: Attention aux amendes pour pollution lorsque vous allez en voiture en Belgique

ENVIRONNEMENT Les villes belges d’Anvers et de Bruxelles ont mis en place des zones à faible émission où les voitures diesels n’ont pas le droit de pénétrer, il vaut mieux le savoir…

G.D.
— 
Une zone à faible émission à Bruxelles.
Une zone à faible émission à Bruxelles. — Daina Le Lardic / SIPA

La contravention est salée. La Voix du Nord met en garde les automobilistes nordistes qui souhaitent se rendre à Anvers ou Bruxelles, en Belgique. Depuis le lundi 1er octobre, ces municipalités ont mis en place des secteurs où les véhicules qui ne respectent pas les normes de pollution n’ont plus le droit de pénétrer.

Et pour les contrevenants, il peut en coûter entre 150 euros pour la première contravention et 350 euros pour la troisième, en moins d’un an. Sans vraiment s’apercevoir être en faute.

Les zones à faible émission

La Belgique a décidé, comme de nombreux pays européens, de diminuer la circulation de voitures polluantes, en instaurant des LEZ (Low emission zone). Il s’agit de zones à faible émission dans lesquelles les diesels, notamment, sont interdits d’accès. En 2017, Lyon avait instauré la sienne.


Pour savoir si votre véhicule peut circuler dans ces zones restreintes, il faut se reporter à la ligne V.9 de sa carte grise qui indique la classe environnementale de l’automobile.

Les diesels Euro 1 et sans norme Euro n’y sont pas admis. Et en 2019, l’interdiction s’appliquera aussi aux diesels Euro 2 et aux essences Euro 1 ou sans norme Euro.

Enregistrement obligatoire

Néanmoins pour les véhicules autorisés mais immatriculés en France, l’enregistrement est obligatoire auprès des autorités municipales belges qui n’ont pas accès aux fichiers des plaques d’immatriculation françaises. Sans cet enregistrement, le véhicule est considéré, d’office, comme fautif.

« Nous essayons d’amener les personnes à garer leur voiture dans des parkings extérieurs à la zone de restriction pour utiliser le vélo, les transports en commun ou le train », souligne la ville de Bruxelles au quotidien régional.

La fibre écologique a néanmoins ses limites. Vous pourrez polluer à condition de payer 35 euros par jour pour un pass temporaire dérogatoire.