Nord: Qu'est-ce que le Centre Zahra France, l'association visée par une opération antiterroriste?

RELIGION Fondée en 2005 à Grande-Synthe, cette association musulmane était surveillée de près par les autorités...

Mikael Libert

— 

Descente de police au centre Zahra France, à Grande-Synthe.
Descente de police au centre Zahra France, à Grande-Synthe. — AP/SIPA
  • L’association musulmane chiite Centre Zahra France a été visée ce mardi matin par une opération antiterroriste.
  • Son fondateur soutient ouvertement le Hezbollah, organisation classée terroriste.
  • Zahra a aussi reçu plusieurs invités condamnés pour antisémitisme.

Mardi matin, le préfet du Nord a diligenté une opération antiterroriste mobilisant près de 200 policiers dans les locaux de l' association Zahra France, à Grande-Synthe, dans le Nord. Le motif invoqué par les autorités était le « soutien marqué pas ses dirigeants à plusieurs organisations terroristes ». Mais qu’est-ce qui se cache véritablement derrière cette association ?

Zahra France s’est installée en 2005 dans cette commune proche de Dunkerque, « sans doute pour capter un public issu des flux migratoires provoqués par les activités industrielles », explique-t-on à la mairie, précisant qu’il n’y avait jamais eu de financement public, ni d’interaction entre l’association et les autorités locales.

Une association, plusieurs casquettes

Ce sont Gouasmi Yahia, Tahiri Jamel et Khalid Abdelkrim qui ont fondé Zahra, dans le but revendiqué « de faire connaître le message de l’Islam à travers le regard du Prophète et de sa famille ». Le premier, né en Algérie en 1949, est un religieux chiite, un courant minoritaire de l’islam. Il est aussi le fondateur, en 2009, du Parti antisioniste (PAS). Le centre Zahra héberge d’ailleurs le siège du PAS et la Fédération chiite de France.

Le centre possède par ailleurs une salle de prière, fermée ce mardi à la demande du préfet. Sont aussi organisés des conférences ou des colloques en présence de personnalités controversées comme Diedonné. Il propose également « une structure d’accueil à caractère social, familial et religieux », comme le soulignait L'Express en 2009. L’association revendique près de 200 membres.

Sur les accusations de soutien à des organisations terroristes, notamment les branches armées du Hezbollah Libanais et du  Hamas Palestinien, Gouasmi Yahia assume. Il a déclaré à la presse, mardi, qu’il voit dans leurs actions « une résistance qui défend un territoire, qui est occupé par Israël ».

Antisionisme et antisémitisme

Le site internet de Zahra est en même temps une vitrine pour le PAS. Se pose alors la question de l’antisionisme, revendiqué par Gouasmi Yahia, et de l’antisémitisme dont il se défend. L’antisionisme est l’opposition au mouvement sioniste qui prône le retour des juifs sur le Terre promise et, par conséquent, contre l’Etat d’Israël.

L’antisémitisme est une doctrine contre le peuple juif. Sauf que parfois, la frontière entre les deux est ténue. Ainsi, Dieudonné, invité chez Zahra et candidat aux Européennes pour le PAS en 2009, a été condamné à plusieurs reprises pour «propos antisémites». De même qu' Alain Soral, lui aussi candidat du PAS et lui aussi condamné pour antisémitisme ou négationnisme. Gouasmi Yahia, lui, n’a en revanche jamais été condamné.