Ligue 1: Comment le LOSC est passé de l'ombre à la lumière en quatre mois

FOOTBALL Le club nordiste est deuxième de Ligue 1 après huit journées...

Francois Launay
— 
La joie des Lillois après leur succès face à l'OM
La joie des Lillois après leur succès face à l'OM — PHILIPPE HUGUEN / AFP
  • Deuxième du championnat, Lille est en pleine confiance. 
  • L'équipe n'a plus rien à voir avec celle qui jouait le maintien la saison dernière. 

Cinq victoires en huit matchs, une deuxième place au classement et déjà 16 points au compteur. La saison passée, Lille avait dû attendre la mi-décembre pour atteindre ce capital comptable. Cette saison, le LOSC a mis deux mois et demi de moins pour en arriver là. Bref, c’est le jour et la nuit pour une équipe nordiste passée tout près de la catastrophe la saison dernière et désormais parmi les outsiders du championnat. Mais comment Lille, qui a impressionné dimanche soir face à l’OM (3-0), a-t-il pu se transformer en à peine quatre mois. Éléments de réponse.

Un recrutement intelligent

Après le fiasco Bielsa de la saison passée et son recrutement uniquement basé sur des jeunes joueurs, le Losc n’a pas commis les mêmes erreurs. Si des jeunes pépites ont encore été signées (Leao, Bamba, Ikoné), des éléments d’expérience, absents l’an passé, sont aussi arrivés à l’image de José Fonte, champion d’Europe avec le Portugal et véritable patron de cette équipe.

« Il y a eu un gros travail de fait à l’intersaison par la direction sportive. Il fallait changer les choses, il fallait amener des cadres et le recrutement a été de qualité », se réjouit Christophe Galtier, l’entraîneur lillois, qui ne cache pas sa bonne relation avec Luis Campos, le directeur sportif du club. Tout l’inverse de la saison passée où Bielsa et Campos ne pouvaient plus se voir.

Une préparation réussie

C’est un paramètre qui a peut-être échappé à beaucoup de monde mais les six semaines et demie de préparation avant le début de saison ont beaucoup compté au Losc. « On a eu l’équipe dès le 25 juin. Et il y a eu une approche du jeu totalement différente de la saison dernière où on était dans une situation totalement bordélique », poursuit Galtier.

Une ambiance retrouvée dans le vestiaire

S’ils avaient pu se bouffer entre eux, ils l’auraient fait. Pourri par les egos, le vestiaire lillois avait failli exploser la saison dernière. Forcément, les résultats aidants, l’ambiance est toute autre cette année et avec douze départs, le vestiaire s’est aussi vidé de quelques éléments perturbateurs. Mais il n’y a pas que les performances qui expliquent cette belle entente.

A l’image de Nicolas Pépé, ami dans le civil avec ses compères de l’attaque Ikoné et Bamba, le groupe vit bien. Et ce n’est pas qu’un cliché. « Quand on s’entend bien en dehors du terrain, ça se ressent sur le terrain. Toute l’équipe s’entend bien. C’est plus facile de communiquer quand les résultats sont là », reconnaît l’attaquant ivoirien d’un Losc qui espère rester encore longtemps sur son nuage.