Lille: A défaut d'entrer en campagne, Martine Aubry se met au vert

POLITIQUE Municipales, Lille capitale verte, sécurité. La maire de Lille a développé plus ou moins longuement ces points, et bien d’autres, lors de sa conférence de presse de rentrée…

Mikaël Libert
— 
La maire (PS) de Lille, Martine Aubry.
La maire (PS) de Lille, Martine Aubry. — M. Libert / 20 Minutes
  • Martine Aubry n’est toujours pas officiellement en campagne pour 2020.
  • La maire de Lille fait le bilan de sa politique de transition énergétique.
  • Lille-Sud entre en partie dans l’expérimentation de la police de sécurité au quotidien.

Stand-up traditionnel. Vendredi, Martine Aubry, maire (PS) de Lille, a donné une longue conférence de presse « de rentrée » dans les locaux de la base nautique de Marx Dormoy. Si une large partie de son monologue a été consacrée à la candidature de Lille en tant que capitale verte, le sujet des municipales de 2020 était tout de même omniprésent. Ce qu’il faut en retenir en trois points.

Alors, candidate ou pas candidate ?

« Sur les municipales, je ne dirai rien », a martelé d’entrée de jeu Martine Aubry. Pour autant, la socialiste a tout de même rappelé que les circonstances ne sont plus les mêmes que lorsqu’elle avait assuré qu’elle ne ferait pas plus de trois mandats. « Nous avons encore un an et demi pour faire ce que nous avions annoncé pour ce mandat, poursuit-elle. Préparer l’avenir, c’est avoir un projet et non pas faire de petites phrases. »

Le long chapitre sur la transition énergétique qui suit lui permet de glisser un petit tacle aux écologistes « qui, à deux ans des élections, critiquent certains projets auxquels ils adhéraient pourtant avant », lance la maire en évoquant le projet Saint Sauveur.

L’herbe n’est pas forcément plus verte ailleurs

Candidate à la capitale verte européenne, Martine Aubry a mis le paquet sur la transition énergétique. Réduction de 40 % des gaz à effet de serre d’ici à 2030, réduction de 50 % de la consommation électrique de l’éclairage public sur ce mandat… La maire milite pour une baisse de la vitesse à 70km/h sur le périphérique et souhaite étendre à toute la ville le passage à 30km/h.

Sur la nature en ville, Martine Aubry se retranche derrière les remparts, même « si cela n’exonère pas notre responsabilité ». Elle a néanmoins réaffirmé que le projet Saint-Sauveur allait se faire en l’état, n’en déplaise à Europe écologie et à certains « groupuscules ». Et pour capter le CO2, il y a aussi les « petits espaces verts qui comptent », la « végétalisation des façades » au rythme annoncé de 400 par an, la « "débétonisation" des cours d’écoles ». La socialiste a aussi annoncé que place du maréchal Leclerc allait être aménagée un peu à l’image du parc Jean-Lebas.

Sécurité, on y travaille

Trente nouveaux policiers vont arriver à Lille et une partie des quartiers sud entrer dans le dispositif de police de sécurité au quotidien en plus de Moulins et Fives : « Il faut en finir avec ces quatre tours tenues par les dealers », a martelé Martine Aubry. Elle en a profité pour rappeler que « la sécurité des citoyens est une tâche régalienne » et que, de fait, elle refusait toujours d’armer sa police municipale.