« Le secteur public est en danger »

Emma Carlier - ©2008 20 minutes

— 

Mobilisation tous azimuts. Profs, étudiants, personnels de la santé, du bâtiment et de l'administration, hier, à Lille, ils étaient 4 500 selon la police et 6 000 selon les organisateurs à dénoncer les conditions de travail dans le public.

A l'appel des syndicats FSU-Sud-Unsa-CFDT-CGT et CFTC, les manifestants ont prôné « une fonction publique au service de tous », comme l'indiquait une banderole commune. « Je crains un démantèlement du service public, confie Jacques, directeur d'une école à Arras. Le secteur est en danger. » A ces côtés, une militante CFDT intervient : « On n'est pas contre les réformes, mais contre ces méthodes sans aucune concertation ni dialogue social avec les usagers. »

Dans le cortège de la CGT-santé, on proteste contre le plan Larcher qui vise à « profiter des installations des hôpitaux pour en faire bénéficier les cliniques », selon Laurent Lalloyer, aide-soignant à Béthune. « On est contre le regroupement du privé et du public », ajoute un de ses collègues.

Présente dans le défilé, Martine Aubry, maire PS de Lille, a soutenu les grévistes en rappelant que la politique actuelle « tourne le dos à l'égalité », en particulier dans le domaine de l'éducation. « Les professeurs sont dans la rue pour défendre nos enfants », a-t-elle déclaré. En guise de protestation, des lycéens portaient d'ailleurs des bonnets d'âne en affichant une caricature du ministre de l'Education.