Le Nord est-il une terre plus fertile pour le militantisme antispéciste?

POLEMIQUE Les bouchers du Nord sont les seuls à avoir annoncé faire appel à des vigiles pour protéger les commerces face à une manifestation nationale antispécistes. Sont-ils davantage menacés qu’ailleurs ?...

G.D.

— 

Illustration d'une manifestation antispéciste.
Illustration d'une manifestation antispéciste. — Y. Bohac/SIPA
  • Une journée d’action, baptisée « Happening national synchronisé contre le commerce du zoocide », a été annoncée pour samedi, via Facebook.
  • Le président des bouchers du Nord a annoncé vouloir faire appel à des vigiles pour sécuriser des enseignes face à d’éventuelles actions de collectifs antispécistes.
  • Selon deux associations antispécistes, il n’y a pas plus de militantisme à Lille qu’ailleurs en France.

Des vigiles pour protéger les commerces dans le Nord. Le président des bouchers du Nord, Laurent Rigaud, a annoncé, ce vendredi, qu’il allait faire appel à une « société de sécurité privée » pour sécuriser des enseignes nordistes face à d’éventuelles actions de collectifs de résistance animalistes et antispécistes*, samedi.

Plusieurs associations antispécistes - qui luttent pour abolir l’élevage - ont annoncé sur les réseaux sociaux une journée d’action baptisée « Happening national synchronisé contre le commerce du zoocide ». Depuis ce vendredi, la page Facebook de cet événement a été supprimée. En revanche, une « Végie pride » - marche des fiertés véganes - a effectivement lieu, samedi... mais à Paris.

« On nage en plein fantasme »

« Nous avons fait appel à une société de gardiennage pour qu’un vigile reste toute la journée devant notre enseigne samedi et dans la nuit de samedi à dimanche », a expliqué à l’AFP Valérie Carreel, responsable de la boucherie L’Esquermoise à Lille, dont les vitrines avaient été vandalisées en mai et taguées « Stop au spécisme ».

« On nage en plein fantasme. Il s’agit d’une action pacifique », assure Solveig Halloin, porte-parole du collectif Boucherie abolition, qui participe à l’action de samedi. « Les bouchers veulent jouer les victimes et alimenter la paranoïa, alors que ce sont eux qui commercialisent le crime organisé de la zoophagie », dénonce-t-elle.

Les bouchers du Nord sont, par ailleurs, les seuls en France à avoir annoncé vouloir prendre des mesures. « Alors qu’il n’y a pas plus de militants pour notre cause à Lille qu’ailleurs, conteste Solveig Halloin. C’est bien la preuve qu’il s’agit d’une opération de communication. »

« Des actions que nous ne soutenons pas »

Interrogée, l’association L214, qui lutte pour le véganisme et contre la maltraitance animale, confirme que le militantisme n’est pas plus important à Lille que dans d’autres villes. « C’est vrai que les premiers caillassages de commerces ont eu lieu à Lille. Mais ce sont des actions que nous ne soutenons pas », confirme L214.

Neuf cas de vandalisme ont été répertoriés dans des boutiques de la Métropole de Lille, depuis le début de l’année, selon le parquet de Lille. Une jeune femme de 21 ans a été interpellée, il y a dix jours, dans le cadre d’une enquête sur des actes de vandalisme contre des boucheries ou des poissonneries. Elle doit être jugée en décembre.

* Les antispécistes considèrent que l’humain est un animal comme un autre et qu’il ne prime pas sur les autres espèces.