Les habitués du TGV Lille-Paris rémunérés pour transporter des paquets

ECONOMIE L’entreprise LivingPackets propose aux voyageurs de faire baisser leurs coûts de transport en convoyant de petits colis…

Mikael Libert

— 

Le sac de transport sécurisé de LivingPackets.
Le sac de transport sécurisé de LivingPackets. — Living Packets
  • Les usagers des TGV Lille-Paris pourront transporter des colis contre rémunération.
  • Ce concept a été développé par une start-up basée à Nantes.
  • D’autres lignes devraient ouvrir ailleurs en France.

Rentabiliser les déplacements existants. LivingPackets, une entreprise nantaise, a ouvert, courant août, une ligne de transport de marchandises entre Lille et Paris. L’originalité, c’est que ce sont les usagers de la ligne TGV qui sont invités, contre rémunération, à prendre en charge les colis.

Sa première ligne, LivingPackets l’a ouverte entre Paris et Londres. Pour le directeur général de la société, Denis Mourrain, Lille était une suite logique : « C’est sans doute une des lignes TGV les plus fréquentées de France avec des voyageurs réguliers », assure-t-il. Et, avec en moyenne 22 allers-retours par jour et 20.000 voyageurs quotidiens, cela représente un potentiel de « livreurs » inespéré pour la start-up nantaise.

Un acheminement rapide et écologique

Car l’idée c’est, un peu comme le covoiturage, de rentabiliser les déplacements existants : « Non seulement on ne rajoute pas de trafic sur les routes mais, à ce jour, il n’y a pas de moyen plus rapide et plus écologique d’acheminer un colis entre Lille et Paris », poursuit le patron de LivingPackets.

Les voyageurs intéressés doivent s’inscrire sur l’application. Arrivés sur le quai de la gare, ils sont avisés qu’un colis est disponible pour être acheminé et ils vont le récupérer chez un commerçant partenaire : « Pour l’instant nous proposons des sacs sécurisés pouvant contenir jusqu’à 4 kg », précise l’entreprise. Question prix, il faut compter 18 euros pour un acheminement de gare à gare. Le convoyeur, lui, peut espérer gagner jusqu’à 12 euros par sac. Un coût qui n’est pas anodin, mais qui a tout de même convaincu l’enseigne de vente à distance de matériel informatique Grosbill.

Denis Mourrain annonce avoir réalisé « quelques dizaines de livraisons » sur la ligne Paris-Lille à l’aide d’une « dizaine de livreurs » : « C’est encore peu mais nous ne fonctionnons pour l’instant que par le bouche-à-oreille. Pour autant, le marché du colis ne cesse d’augmenter et devrait atteindre un milliard d’envois par an d’ici deux ans », prévient-il. Un gros gâteau dont il compte bien avoir une part, notamment avec l’ouverture d’autres lignes. Et outre le train, LivingPackets lorgne aussi du côté de l’avion : « C’est quelque chose que nous avons en tête. Ça se fait déjà en Allemagne ».