Nord: On a écouté la compil' «Les gens du Nord», on n'a pas tout aimé

CH'TI ALBUM L’album « Les gens du Nord », qui regroupe des chansons évoquant le Nord, alterne le bon et le moins bon…

Gilles Durand

— 

La pochette de l'album, «Les gens du Nord».
La pochette de l'album, «Les gens du Nord». — Sony Music
  • L’album « Les gens du Nord », qui est sorti le 31 août, affiche la 3e meilleure vente en France.
  • Des artistes comme Dany Boon, Line Renaud, Alain Souchon, Enrico Macias ou Salvatore Adamo ont participé.
  • Certains morceaux de cet album forcent un peu l’accent patois.

L’idée était très bonne : réunir des chansons populaires du Nord pour en faire une compilation interprétée par des artistes venus de tous les horizons. L’album Les gens du Nord est donc sorti le 30 août et, en une semaine, il est entré directement troisième des meilleures ventes en France, annonce le producteur Sony Music.

Tant mieux car ce CD un acte de solidarité : un euro sur chaque vente est reversé au Ch’ti fonds, géré par la Fondation de France. Mais si l’album semble sur les rails de la réussite économique, on reste un peu sur sa faim sur le plan artistique.

Un accent méchamment forcé

Il y a d’abord cet accent du Nord méchamment forcé par Dany Boon dans la version Tout in haut de ch’terril (Ne faites pas comme Dany Boon, prononcez terri !). Une version à comparer avec la celle d’Edmond Tanière qui offre un accent beaucoup plus chantant. Si, si, c’est possible !

Même remarque concernant la chanson Que je t’aime de Johnny Hallyday, devenue Que j’te ker. Pierre Richard, qui a toujours avoué n’avoir jamais parlé patois malgré ses origines valenciennoises, s’embourbe dans un ch’ti que même les pratiquants auront du mal à comprendre. Dommage !

Le malaise persiste avec Le plat pays de Line Renaud. Cette fois, ce n’est pas une question d’accent mais d’émotion. Jacques Brel reste inimitable. Idem pour Le clair de lune à Maubeuge qui ne parvient pas à faire oublier Bourvil. Quant au P’tit quinquin de Salvatore Adamo, il ne restera pas gravé dans les mémoires.

La belle surprise vient des Miss France

Reste ensuite les bonnes surprises. La Côte d’Opale s’adapte à merveille à la voix d’Alain Souchon. Les tomates, interprétées de concert par Yolande Moreau et Franck Vandecasteele (de Marcel et son orchestre), ont le bon goût de garder leur charme humoristique, sans en faire des tonnes.

Pierre et Alain Souchon, lors de l'enregistrement de «Perds pas l'Nord».
Pierre et Alain Souchon, lors de l'enregistrement de «Perds pas l'Nord». - Sony Music

On a gardé le meilleur pour la fin : la version de Mademoiselle From Armentières joyeusement interprétée par les Miss France régionales et surtout Quand la mer monte chanté à sa façon par Arno. On entend les vagues au fond de la gorge.