Nord: Un camp de 500 migrants évacué à Grande-Synthe

IMMIGRATION Le démantèlement du campement a commencé, jeudi matin. La veille, le RN (ex-FN) avait annoncé avoir déposé une plainte contre le maire de Grande-Synthe pour aide aux migrants…

Mikaël Libert avec AFP

— 

Police. (Illustration)
Police. (Illustration) — Francois Mori/AP/SIPA

Ce jeudi matin, les autorités ont commencé à évacuer le camp de migrants situé sur la commune de Grande-Synthe, près de Dunkerque, dans le Nord. Le démantèlement de cet endroit, qui abrite environ 500 personnes, intervient au lendemain de l’annonce d’un dépôt de plainte par le Rassemblement national (ex-Front national) contre le maire de la ville, Damien Carême, notamment pour « aide à l’implantation illégale de migrants ».

L’application d’une décision du TGI

« Il s’agit d’une opération de mise à l’abri et qui est l’exécution d’une décision du TGI de Dunkerque du 7 juin 2018 », a déclaré à l’AFP le sous-préfet de Dunkerque Eric Etienne. Pour l’occasion, environ 200 agents des forces de l’ordre, une vingtaine de fonctionnaires de l’Ofii, une vingtaine de pompiers et la protection civile avaient été mobilisés.

Les migrants qui souhaitent faire une demande d’asile vont être orientés vers des Centres d’accueil et d’examen des situations (CAES). Les autres seront « orientés vers les forces de police pour vérification des situations, notamment les majeurs isolés », a précisé le sous-préfet.

La municipalité estime pour sa part que ce sont environ 800 migrants qui sont présents sur la commune. Selon les autorités, il s’agit essentiellement de Kurdes irakiens.

Le maire visé par une plainte du RN

Mercredi, plusieurs élus du Rassemblement national (RN) des Hauts-de-France avaient annoncé avoir déposé une plainte auprès du procureur de la République contre le maire écologiste de Grande-Synthe, Damien Carême. Dans cette plainte, l’élu est accusé, entre autres, « d’aide à l’implantation illégale de migrants » et « d’aide aux réseaux des passeurs par l’installation d’un camp illégal sur le territoire Dunkerquois ».

20 Minutes a essayé de joindre le maire de Grande-Synthe, jeudi matin, mais il n’était pas disponible.