Lille: Une histoire originale du pain récompensée par le prix littéraire Mange Livre

ALIMENTATION Depuis 2017, à Lille, un prix littéraire, baptisé Mange Livre, récompense un ouvrage sur l’alimentation éthique…

Gilles Durand

— 

Le livre vainqueur du prix Mange Livre 2018 et les membres du jury, François-Régis Gaudry, Claire Heitzler, Olivier Roellinger, Pascal Barbot, Sonia Ezgulian, Nicolas Pourcheresse et San Degeimbre.
Le livre vainqueur du prix Mange Livre 2018 et les membres du jury, François-Régis Gaudry, Claire Heitzler, Olivier Roellinger, Pascal Barbot, Sonia Ezgulian, Nicolas Pourcheresse et San Degeimbre. — G. Durand / 20 Minutes
  • L’association lilloise Mange Lille a organisé, pour la deuxième fois, un prix littéraire consacré aux ouvrages qui mettent en avant l’alimentation issue des pratiques vertueuses.
  • Le prix Mange Livre 2018 a été attribué à l’ouvrage de Roland Feuillas et
  • Les membres du jury, composé notamment de chefs cuisiniers, s’accordent à considérer l’alimentation comme une question essentielle dans nos sociétés.

Manger mieux, qu’est ce que ça veut dire ? Pour la deuxième année, l’association Mange Lille décernait, ce lundi, son prix Mange Livre qui récompense un ouvrage « mettant en avant l’alimentation, issue de pratiques respectueuses de la nature, de la vie et de la biodiversité », selon sa co-fondatrice Marie-Laure Fréchet.

L’histoire universelle du pain

Le lauréat 2018 est un livre de Roland Feuillas et Jean-Philippe De Tonnac, A la recherche du pain vivant (Editions Actes sud). « C’est l’histoire d’un homme de 55 ans, ancien informaticien qui a connu une carrière vibrionnante et qui tombe amoureux d’un moulin à Cucugnan », explique le journaliste François-Régis Gaudry, un des membres du jury avec, entre autres, les chefs Olivier Roellinger, San Degeimbre ou Nicolas Pourcheresse.

Le livre raconte la conversion de ce quinquagénaire à la production bio en parcourant la filière de la boulangerie, de la récolte du grain à la fabrication du pain. « A travers le parcours cahoteux de cet homme, on découvre l’histoire universelle du pain », poursuit François-Régis Gaudry.

« L’alimentation est à un carrefour dans nos sociétés »

A défaut de s’inviter toujours dans les assiettes, l’éthique alimentaire était donc au cœur des préoccupations des membres du jury. D’ailleurs, ces derniers ont également été séduits par deux autres livres : L’expérience alimentaire, de Stanislas Kraland et Lettre à une petiote sur l’abominable histoire de la bouffe industrielle de Fabrice Nicolino.

"L’alimentation est à un carrefour dans nos sociétés. C’est un enjeu économique, environnemental, culturel et surtout de santé publique, souligne Olivier Roellinger. Il va falloir réinventer beaucoup de choses et le faire dans le plaisir et la joie ».

La table, lieu de concorde ?

Commerce équitable, véganisme, culture biologique sont autant de sujets qui s’invitent désormais dans les assiettes. « Ce n’était pas mieux avant, c’est une renaissance, comme une nouvelle boîte de crayons de couleurs offerte aux cuisiniers », assure Olivier Roellinger.

Le chef cuisinier de Cancale, en Bretagne, plaide pour une table qui « devrait être le lieu de la concorde », au lieu de diviser, souvent au sein même des familles. « La transition écologique alimentaire doit rassembler à l’heure où on se dispute pour tout et n’importe quoi ».