Municipales 2020: Pourquoi Martine Aubry va forcément se représenter à Lille?

POLITIQUE L’actuelle maire de Lille devrait briguer, en 2020, un quatrième mandat à la tête de la capitale des Flandres. La socialiste avait pourtant prévu de passer la main…

Mikael Libert

— 

La maire (PS) de Lille, Martine Aubry.
La maire (PS) de Lille, Martine Aubry. — M. Libert / 20 Minutes
  • Martine Aubry n’est toujours pas officiellement candidate aux municipales de 2020.
  • Dans une récente interview, elle explique néanmoins que l’élection d’Emmanuel Macron pourrait changer la donne.
  • Faute de candidat PS adoubé par la maire de Lille, elle devrait rempiler pour un quatrième mandat.

Retour au front. Sauf surprise, Martine Aubry est en bonne voie pour se présenter à sa propre succession au fauteuil de maire de Lille, en 2020. Sous le beffroi, c’est un secret de polichinelle sur lequel l’intéressée a livré quelques indices dans une interview accordée à France Bleu Nord, vendredi. Pour autant, si la socialiste ne fera sans doute pas ce choix à contrecœur, il contredira néanmoins sa volonté de ne pas rempiler pour un quatrième mandat.

Un an après l’élection municipale de 2014, Martine Aubry avait pourtant juré : « Je ne me représenterai pas, sauf catastrophe. » Il se peut bien que ce soit le cas aujourd’hui, même si la maire de Lille n’a toujours pas officiellement dit qu’elle allait remettre le couvert. « Personne ne savait que Macron serait élu. Et moi je n’ai pas envie qu’on laisse Lille devenir ce que la France devient aujourd’hui », a-t-elle déclaré à nos confrères de France Bleu.

La concurrence en ordre de marche

Car la socialiste voit bien que la concurrence se met déjà en ordre de marche. A commencer par LREM, qui a deux candidats sur la ligne de départ : Christophe Itier, postulant non déclaré qui a largement commencé à labourer le terrain, et la députée du Nord, Valérie Petit, qui a fait son « coming out », fin août.

L’autre adversaire qui pourrait faire basculer la mairie hors du giron socialiste est La France insoumise. Un parti qui, rappelons-le, a raflé deux postes de députés du Nord, dont un par Adrien Quatennens à la barbe de LREM et du PS.

Aucun dauphin adoubé par la patronne

Du côté du PS, le sénateur Patrick Kanner avance ses pions. En juin dernier, sur Public Sénat, il avait déclaré : « Je me prépare, je réfléchis. Tout ce qui intéresse ma ville m’intéresse. » Cependant, devenu tricard auprès de Martine Aubry après son entrée au gouvernement Valls, en 2014, il ne devra pas compter sur elle pour lui laisser son fauteuil.

Dès 2014, la maire de Lille avait bien tenté de ménager une place à François Lamy sous le beffroi en vue de préparer sa succession. Ce dernier a toutefois disparu des écrans après son échec dès le premier tour des dernières législatives dans la circonscription remportée par Adrien Quatennens.

Un joker à long terme

Il reste cependant une piste, que Martine Aubry devra néanmoins laisser mûrir encore quelques années : son actuel directeur de cabinet âgé de 35 ans, Arnaud Deslandes. Le domicile de ce dernier abrite d’ailleurs le siège de l’association Lille 2030, une association dont l’objet est d'« organiser et conduire autour de Martine Aubry une réflexion collective pour penser l’avenir de Lille à l’horizon 2030 ».

Dans les colonnes de nos confrères de La Voix du Nord, Arnaud Deslandes a assuré que « Martine a très envie d’y aller », au sujet des prochaines municipales. Un signe que Gilles Pargneaux, député européen socialiste, avait peut-être eu le nez fin dès juillet 2015, lorsqu’il il se disait «profondément convaincu» que l’élu socialiste se présenterait en 2020. D’autant que cette dernière reconnaît volontiers ne pas être usée par le pouvoir.