Lille: Toujours autant de sécurité et quelques changements... A quoi va ressembler la Braderie-2018?

EVENEMENT Les forces de l'ordre seront très nombreuses encore cette année pour sécuriser le périmètre de la Braderie de Lille qui se déroule les samedi et dimanche...

Francois Launay

— 

Illustration de la braderie de Lille (Archives)
Illustration de la braderie de Lille (Archives) — M.Libert / 20 Minutes
  • Comme l’an passé, le dispositif de sécurité sera impressionnant avec 3.000 forces de l’ordre réparties dans et autour de Lille.
  • Des (petits) changements sont aussi à prévoir dans l’organisation de l’événement qui accueille deux millions de visiteurs chaque année en moyenne.

On ne change pas une formule qui marche. Après un cru 2017 réussi sur le plan de la sécurité, c’est plus ou moins le même dispositif qui sera renouvelé pour la Braderie de Lille 2018. Depuis la vague d’attentats qui a frappé la France en 2015, le grand événement lillois annuel n’est plus tout à fait le même.

Annulée en 2016, la Braderie avait été placée sous haute surveillance l'an passé. Et ce sera encore la même chose cette année où près de deux millions de personnes sont attendues dans les rues de Lille. 20 Minutes vous explique ce qui change et ce qui est maintenu.

Ce qui ne change pas

Un dispositif de sécurité toujours impressionnant. Hélicos, bateaux, trains, métros, brigades cynophiles : les forces de l’ordre seront très présentes une fois de plus cette année. Pas moins de 1.500 personnes seront déployées dans le périmètre de la Braderie. 26 points de contrôle seront mis en place aux endroits qui délimitent le périmètre (12 pour le grand public, 14 pour les professionnels). Plus largement, ce sont même 3.000 personnes qui seront chargées de sécuriser l’événement dans et autour de Lille et même jusqu’à la gare du Nord à Paris. Tout sera fait pour assurer la sécurité de tous et éviter un drame.

« C’est une saturation de l’espace public que j’assume. Vous verrez beaucoup dde policiers et il y en a aussi plein que vous ne verrez pas. La plus grosse menace tient dans l’acte isolé. Des pétards dans les petites rues de Lille ou quelqu’un qui pourrait sortir un couteau en essayant de commettre le pire. Cette vigilance de tous les instants tient à être présente sur le terrain pour contenir des comportements. », explique Michel Lalande, le préfet des Hauts de France. A noter que pétards, vente et consommation d’alcool sur la voie publique seront interdits une nouvelle fois.

Des rues qui resteront le plus fluide possible. Pour les habitués des Braderies d’avant 2017 où il était presque impossible de circuler dans certaines rues, la fluidité de l’an passé, due à l’installation d’un nouveau périmètre, en avait surpris plus d’un. Au point qu’on pouvait penser à une baisse de fréquentation. Sauf que cette fluidité est une réelle volonté affichée par la ville, toujours pour des raisons de sécurité, en cas de mouvement de foule par exemple. « Si jamais il y avait un acte imbécile, il faut qu’on puisse s’en aller sans se bousculer, sans tomber à terre », justifie Martine Aubry, la maire de Lille.

Priorité aux Lillois qui bradent. Avec l’installation d’un nouveau périmètre en 2017, la ville en avait profité pour exclure de la Braderie les commerçants non sédentaires. Ce sera encore le cas cette année avec priorité faite aux Lillois qu’ils soient commerçants ou pas.

Ce qui change

Un périmètre étendu à la rue Gambetta. Essentiellement concentré l’an passé dans le centre-ville et le Vieux-Lille, le périmètre de la Braderie s'étend cette année sur la rue Gambetta, l’une des plus grosses artères commerçantes de la ville. De République au marché de Wazemmes, l’artère va donc retrouver la Braderie. D’autres petites rues, proches du quai du Wault, ont aussi été intégrées au périmètre.

Une sécurité plus importante rue de Gand. Bondée l’an passé, à la différence des autres endroits de la ville, la rue de Gand (celle des restaurants) devrait être plus fluide cette année. C’est en tout cas ce que la ville a demandé aux commerçants qui devront empêcher les gens de marcher sur les trottoirs et de prendre l’artère centrale. Tout cela pour des raisons de sécurité.

Des food trucks installés à la Citadelle. Privés de restauration l’an passé dans le secteur, les Bradeux de la Citadelle, l’un des lieux les plus fréquentés du week-end, s’en étaient plaints à la mairie. Deux grands food trucks vont donc faire leur apparition dans le secteur. Plus largement, il y en aura 18 dans le périmètre de la Braderie où, depuis l’an passé, les stands de nourriture à la sauvette (merguez, kebab, sandwichs…) sont interdits.

Le retour des tas de moule. Disparus depuis la fermeture de l’emblématique restaurant « Aux Moules », les tas de moule vont faire leur retour cette année. Trois tas seront installés rue de Gand, place Rihour et place de la Gare. Tous les commerçants alentour sont invités à y jeter leurs coquilles pour recréer une image d’Epinal mais aussi dans un but écologique. « La ville les ramassera et les amènera à une entreprise qui va faire du carrelage avec les moules. Vous voyez, Lille est une ville verte », sourit Martine Aubry.

>> A lire aussi : VIDEO. Gaulois: «Les Français aiment les réformes quand elle sont justes»: Quand Aubry tacle (encore) Macron

>> A lire aussi : Braderie de Lille: Un bar lance le concours de Miss et Mister Moule