Lille: Pourquoi la poussette est le pire ennemi de la Braderie

EVENEMENT La Braderie de Lille se déroule les 1er et 2 septembre. Et comme chaque année, des gens vont se risquer à y sortir une poussette...

Francois Launay

— 

Edition 2014 de la grande braderie de Lille.
Edition 2014 de la grande braderie de Lille. — M.Libert/20 Minutes
  • La Braderie de Lille se déroule ce week-end dans la capitale des Flandres
  • Comme chaque année, des gens vont y venir avec des poussettes. Un phénomène inexpliqué sur lequel a enquêté notre rédaction lilloise, témoignages à l'appui. 

Ceux qui n’y ont pas été confrontés ne peuvent pas comprendre. Oui, il y a des choses bien plus importantes dans le monde comme le réchauffement climatique, la coupe du monde de foot ou la prochaine saison de Game of Thrones. Il n’empêche qu’on n’insiste pas assez sur le danger que représente la poussette en pleine Braderie de Lille.

Prenant son courage à deux mains, 20 Minutes a tenté de résoudre le mystère qui se produit immanquablement chaque premier week-end de septembre à Lille. Avec une question fondamentale : quel est donc le projet de ces gens qui se disent « Ah tiens, si on prenait une poussette pour transporter notre enfant au milieu de centaines de milliers de personnes en ralentissant tout le monde et en créant des bouchons dans des rues déjà surpeuplées » ?

« Les poussettes, c’est la plaie partout »

Pour répondre à cette interrogation, 20 Minutes Lille a interrogé ses lecteurs sur sa page Faebook. Et certains commentaires font froid dans le dos. A l’image de celui de Catherine. « Les poussettes, c’est la plaie partout. C’est une horreur. Combien de fois j’ai risqué de tomber sur des poussettes. Cela devrait être interdit ». D’autres vont encore plus loin dans la dénonciation comme Marija qui s’exclame simplement : « Mais quelle idée ! ».

C’est vrai ça. Quelle idée de sortir la poussette lors de la Braderie ? Ceux qui ont tenté l’expérience se demandent encore pourquoi ce qui leur a pris ce jour-là, sorte de premier jour du reste de leur vie. Tizi se rappelle avoir tenté le diable une année.

« Avec une poussette : plus jamais de la vie. Les gens te marchent dessus et te bousculent. Puis quand ils fument, ils ne regardent même pas derrière. Et hop la cigarette et les Cendres sur les petits », se remémore cette internaute traumatisée.

« J’ai été une fois avec une poussette, pas deux »

Même chose pour Thee Queen. « J’ai été une fois avec une poussette, pas deux. On n’avance pas car les rues sont trop étroites et c’est trop dangereux pour nos enfants. Les gens s’en tapent de mettre un coup dans la tête d’un enfant ou autre. Les brûlures de cigarettes par exemple ».

D’autres, comme pour s’excuser, plaident l’erreur de parcours d’une vie, le chemin détourné qu’on n’aurait jamais dû prendre pour éviter une expérience proche de l’enfer sur terre. Nathalie a accepté de témoigner. « Étant maman je suis déjà tombé sur une braderie sans le vouloir mais obligée de la traverser… Et bien plus jamais… J’avais l’impression que ma petite allait étouffer. Le monde, les gens qui poussent qui ne regardent pas, qui râlent… Une horreur… ».

Le regard des gens en colère

Car il est bien là le pire traumatisme vécu par ces gens munis d’une poussette : le regard des gens. Vous savez, les yeux, transformés en armes, qui veulent dire : «pousse-toi de là ou je te pousse»

Bref des idées sales qui vous passent par la tête si vous avez le malheur de tomber sur des poussettes en pleine Braderie. Plus qu’un regard, Saly a décidé de résumer son sentiment par écrit en ouvrant les vannes et nous obligeant l’usage de la censure en forme de pointillés. « Faut vraiment être c… pour venir avec une poussette… On m’a déjà roulé sur l' arrière du pied avec une poussette pendant la braderie. La personne s’est excusée et je l’ai envoyé ch… Comme si c' était excusable c… sse ».

Pas un endroit pour les enfants

De façon plus posée, Nathalie se met à la place des enfants transportés qui doivent vivre un traumatisme bien plus grand qu’un biberon mal chauffé. « Je pense que ce n’est pas un endroit pour amener des enfants en bas âge. Je ne vois pas où peut être leur plaisir… Ça doit être horrible ».

Le sujet fait débat, c’est indéniable. Il y a les pro (souvent parents) et les anti (souvent pas parents). Et puis, il y a ceux, tel Houuda, qui, à l’image de ce nouveau monde en marche sur quatre roulettes, sont adeptes du « en même temps ».

« Tout dépend de quel genre de poussette il y en a des petites toutes fines qui sont un peu passe-partout mais les pires ce sont les DOUBLES ». Mais de tous, c’est sans doute Benoît qui a la meilleure excuse. « Je fais toujours la braderie avec une poussette. On peut facilement transporter 2 pack de bières dedans. On fait des économies car les bières sont chères ».

L’alternative du porte-bébé

Finalement, après des heures et des heures d’investigation, nous avons pu constater que la majorité s’accorde sur un point : Non aux poussettes pendant la Braderie. Et finalement, c’est Elyse qui règle posément le débat, un peu comme celui qui avait opposé les tongs et les espadrilles à la fin des années 80.

« Le porte-bébé : l’idéal quand il y a foule ». Hé oui, voilà donc la solution au mystère de la Braderie : le porte-bébé plutôt que la poussette. Même si de nombreuses personnes vont (malheureusement) passer à côté de cet article et sortiront la poussette ce week-end dans les rues de Lille. Bon courage.

>> A lire aussi : Lille: Les moules au cœur du débat de la prochaine grande braderie

>> A lire aussi : Lille: Une braderie 2018 au périmètre élargi mais toujours aussi sécurisé