Lille: Une astuce rentable et rapide pour obtenir le maillot des Bleus à 2 étoiles

CHAMPIONS DU MONDE Le maillot officiel de l’Equipe de France orné de ses deux étoiles ne sera pas disponible avant mi-août. Pour les plus pressés, « Le cactus de Sibérie » a une solution…

Mikael Libert

— 

Comme sur le bus, il doit y avoir désormais deux étoiles sur le maillot des Bleus.
Comme sur le bus, il doit y avoir désormais deux étoiles sur le maillot des Bleus. — Laurent VU/SIPA

On l’a vu, en amont et pendant la coupe du monde, les Français se sont rués dans les boutiques pour acheter le maillot de leur équipe nationale. A tel point que les ruptures de stocks ont été nombreuses. Et pourtant, l’investissement était de taille pour pouvoir porter le même vêtement que les Pavard, Giroux, Kanté et leurs coéquipiers : en moyenne 90 euros. Sauf que, depuis, la France est championne du monde et le maillot est devenu obsolète car il lui manque désormais un ornement important : la deuxième étoile.

Pas de maillots officiels avant mi-août

L’équipementier avait édité, pour le lendemain de la finale, 20.000 « nouveaux » maillots, lesquels se sont vendus comme des petits pains. La grosse production, elle, ne doit pas arriver dans les boutiques avant la mi-août. Outre l’attente, insupportable pour certains, il faudra encore lâcher entre 90 et 140 euros.

Ainsi, le bar le Cactus de Sibérie, rue Maracci, à Lille, s’est adjoint les services d’une styliste, Gaëlle Godin, pour organiser un atelier de broderie d’étoile. « Les personnes apportent le vêtement qu’elles souhaitent, pas forcément le vrai maillot, et elles vont participer à la broderie de l’étoile », explique Gaëlle, précisant qu’il faut en moyenne dix minutes par étoile. L'atelier à lieu, vendredi 3 août, dans le bar, entre 18h et minuit. Il en coûtera 10 euros pour l’étoile et une consommation ou 7,50 euros pour l’atelier seulement.

Légal ou illégal ?

Et de quel œil l’équipementier et la Fédération française de football (FFF) vont-ils voir cette démarche ? « Je me suis un peu renseignée car ça se fait déjà ailleurs, notamment à Paris, poursuit Gaëlle. Je ne vends pas les maillots, c’est un atelier. Il s’agit plutôt de customisation que de contrefaçon », assure-t-elle.

Contactée par 20 Minutes, la Douane Française assure ne pas avoir été saisie par l’une ou l’autre partie. Elle ne peut donc pas se prononcer sur le sujet: pas de plainte, pas d'infraction. Par ailleurs, en consultant la base de données de l’INPI, institut de la propriété intellectuelle, on ne trouvait, vendredi, aucune trace de dépôt par la FFF du logo du coq surmonté de deux étoiles. En revanche, l’actuel coq avec une étoile a, lui, été déposé le 21 avril 2008.