Lille: Des colocs pour étudiants contre petit loyer et menus services

LOGEMENT Le bailleur social LMH et la ville de Lille ont mis en place les « Kap’s », un système de colocations solidaires…

Mikael Libert

— 

Les kap's, un dispositif de colocation solidaire à Lille (illustration).
Les kap's, un dispositif de colocation solidaire à Lille (illustration). — KROD / SIPA

Colocation, et plus si affinités. La ville de Lille, la Métropole européenne de Lille (MEL) et le bailleur social LMH ont lancé les Kap’s. Il s’agit de colocations pour les jeunes de 18 à 30 ans dont le bas prix des loyers est compensé par des heures de bénévolat.

Avec ses nombreuses écoles et universités, la métropole lilloise accueille à chaque rentrée scolaire des étudiants venant de toute la France. Pour loger ces Lillois temporaires, il y a bien entendu les résidences universitaires. Sauf qu’il n’y a pas de place pour tout le monde. Il y a le parc locatif privé, souvent hors de prix pour les budgets serrés. Même en colocation d’ailleurs : une récente étude sur site internet Appartager.com montre une augmentation des prix des colocations sur Lille de 31 % en un an.

« Des résidences qui ont un peu de mal à vivre »

D’où l’idée de proposer des « colocations solidaires ». Ce sont des logements appartenant au parc du bailleur social LMH situés dans des quartiers prioritaires de la ville : « Les appartements proposés sont tous dans des résidences qui ont un peu de mal à vivre, explique-t-on chez LMH. Le déploiement des Kap’s doit venir impulser une nouvelle dynamique, notamment sur les thématiques du bien vivre ensemble ».

L’implication dans la vie de la résidence fait donc partie du deal pour bénéficier du loyer modéré. C’est l’Afev (Association de la Fondation pour la Vie Etudiante) qui est en charge de recruter les futurs colocataires. Dans le dossier de candidature, il faut montrer sa motivation à s’investir dans le projet social lié à chaque appartement. « Nous demandons une disponibilité de quelques heures par semaine entre septembre et juin », précise le bailleur.

Une extension prévue à Roubaix et Villeneuve d’Ascq

Question loyer, il faudra compter ensuite environ 500 euros mensuels pour un T3 de 70m2. Par exemple, Léa, 21 ans, en service civique, paye 150 euros de loyer par mois, toutes aides déduites. Le bail est conclu pour un an et reconductible deux fois.

Actuellement, le dispositif ne compte que huit appartements pour 18 places en tout. Il devrait néanmoins se développer rapidement. La mairie de Lille a l’intention d’impliquer d’autres bailleurs sociaux pour étoffer l’offre de colocations. De son côté, LMH souhaite proposer 24 places d’ici à la fin de l’année et environ 75 à l’horizon 2020. « Nous allons aussi déployer le dispositif des Kap’s aux villes de Roubaix et Villeneuve d’Ascq, elles aussi très étudiantes », assure LMH.