Le cabaret Folie's de Lille renaît à Marrakech, en s'adaptant à l'islam

Olivier Aballain (avec AFP) - ©2008 20 minutes

— 

C'est un homme de cabaret sans frontières. Après la fermeture du Folie's de Paris à Lille, et le naufrage des Flots-Lys à Halluin, Claude Thomas s'est établi au Maroc. Dans son Folie's de Marrakech, le Nordiste a lancé, le 8 mai, la première revue de cabaret compatible, selon lui, avec l'islam.

« Ici, j'offre du rêve en respectant la culture du pays », explique l'intéressé, qui a quitté Lille l'an dernier après quinze ans de music-hall. Le dépaysement est garanti : « C'est bien la première fois que j'ai autant de beaux corps à montrer et que je dois les cacher », confie-t-il. Le collant remplace le string pour le french cancan, le body des danseuses est rehaussé de voiles, le débardeur cache la nudité des acrobates...

Claude Thomas a pris conseil auprès d'une passementière voilée de la troupe. Le consul du Maroc à Lille lui a recommandé d'employer le mot « music-hall » plutôt que « cabaret », et l'a mis en contact avec le wali (préfet) de la ville rouge. Avec un cousin, il y a investi dix millions d'euros, et a construit une salle de 2 000 m2. Elle peut accueillir 1 100 personnes.